Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 In another life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: In another life    Dim 15 Mai - 21:59

Les réunions de la famille De la Vega avait toujours été mouvementées, entre cris d'enfants et discussions dans tous les coins, il n'y avait pas moyen de s'ennuyer et Pedro, le patriarche tenait à ses réunions et aucun de ses enfants n'y échappaient jamais. En un sens, ils n'en voyaient pas l'intérêt puisque jamais ils n'auraient manqué une occasion de se retrouver. Mais auourd'hui, Sirius était particulièrement en retrait.

Une main passa devant son visage et Sirius cligna des yeux, perdu dans une réalité qui n'était plus vraiment la sienne. Son regard s'accrocha à celui de Sofia et en un instant, elle l'aida à se concentrer, il eut une sorte de sourire forcé et elle s'approcha, plongeant son regard dans le sien, voulant lire dans son âme. Avait-elle encore ce pouvoir ? Avait-il encore une âme ? Il se sentait si vide, il avait cette impression que plus rien ne pouvait l'atteindre, qu'il était une sorte de cerf-volant dont on avait coupé la corde et qui s'envolait à la dérive au grès du vent. Elle ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais le bruit d'un verre cassé les détourna des immanquables questions.

Sirius fit la seule chose qui pouvait éloigner sa jumelle. Il alla se mettre auprès de sa futur femme... il lui attrapa la hanche avant de lui sourire. En un instant, il vit le visage entier de sa sœur changer, elle prit un air hautain avant de partir dans un autre coin de la pièce, mais il savait que ce n'était que partie remise. Elizabeth passa sa main sur le visage de Sirius, les traits légèrement inquiet « Tu vas bien Sirius ? » l'homme ne savait pas vraiment quoi répondre à ça, alors il sourit avant de l'embrasser tendrement.

Cette question était ridicule, parce qu'encore une fois, il avait vu Eli partir, sans se retourner et lui avait encore été celui qui n'avait rien su faire hormis la regarder s'éloigner de lui. Et le pire c'est que cette fois-ci, il avait cette impression étrange qu'il ne la reverrait jamais, que jamais plus, il ne pourrait la prendre ou la tenir contre lui comme il avait pu le faire. Son regard se voila avant de soudainement sortir de sa léthargie en entendant sa voix à la radio. Tous ses sens étaient aux aguets. Il n'entendait plus que ce chant, cette voix, cette signification... il baissa le regard, encore une fois, il se sentait vide de tout sentiment. C'était la fin alors ? Toutes ces années passées ensemble pour ce résultat ? C'était étrange mais même diffusée par cette stupide radio, les paroles de la chanson lui sautait au visage avec la même force qu'en live. « Sirius... » souffla Elizabeth inquiète en relevant son visage, sa bague froide touchant sa peau, il eut un sourire amer. Parfois, il rêvait de prendre cette bague et de la jeter, juste pour pouvoir récupérer Eli, mais quand cette pensée venait à lui, il se fustigeait mentalement, Lizzie n'avait rien fait pour mériter ce genre de pensées ingrates.

« A table ! » s'exclama joyeusement Pedro en tapant dans ses mains, évitant ainsi à Sirius de devoir mentir à sa promise. Mentir, c'était sa seconde nature désormais... quelqu'un sonna à ce moment-là, Sirius regarda Rosalie se lever pour aller ouvrir la porte. Sirius se servit de la viande sans grande convection, mais il entendit tout de même un cri en provenance de l'entrée, sans doute une amie de sa sœur. Le brun prit de la purée pour touiller dedans, il n'avait plus le goût pour grand chose. Parce que dans le fond, tout ce qu'il voulait, c'était Eli, son sourire, ses bras autour de son cou, ses lèvres sur sa joue, ses éclats de rire, voir la lueur de ses yeux, écouter le son de sa voix... encore une fois, juste pour en profiter pleinement encore une dernière fois... mais peut-être que c'était fini... que tout ça c'était juste et simplement in another life.



Sirius W. De la Vega

avatar

■ avatar : Andrew Cooper
■ âge : 25 ans
■ emploi : avocat
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: In another life    Dim 15 Mai - 23:44

Combien de fois Elinor était-elle sortie de l'appartement de ses parents et avait regardé la porte de l'immeuble des De la Vega ? Combien de fois en avait-elle emprunté le chemin pour aller jouer avec Sofia ou aller chercher ses amis et aller à l'école ? Combien de fois s'était-elle tenue devant la porte de leur vaste appartement, prête à sonner ? Un nombre incalculable... Et pourtant, elle ne s'était jamais sentie aussi mal à l'aise qu'aujourd'hui. Une main dans la poche de son jean et l'autre prête à appuyer sur la sonnette sans s'y résigner, la jeune brune prit un temps pour inspirer profondément, remettre une mèche derrière son oreille. Elle devait le faire. Ça faisait des semaines qu'elle laissait courir cette histoire sans être capable de l'oublier ; l'image de Sirius parmi son public la hantait et elle n'avait pas pu s'empêcher de guetter vainement sa venue après qu'elle l'ai aperçu au loin pendant qu'elle chantait. Depuis, elle s'était posée des centaines de questions et elle ne pouvait tout simplement plus tenir. Elle devait le revoir, lui parler, de ça ou d'autre chose. En plus de ça, sa mère s'était doutée de quelque chose dès la Saint-Valentin et, depuis, elle ne cessait de lancer de petites allusions qu'Elinor devait faire cesser. Elle ne savait pas vraiment comment elle voulait procéder... Il était une période où tout avait été si simple avec Sirius ! Maintenant, elle ne savait même plus quoi lui dire, ou comment le lui dire.

Prenant le fil d'une impulsion, elle sonna à la porte et se mordit la lèvre en rétractant rapidement son bras. Quelques secondes plus tard, ce fut une plantureuse blonde qui vint lui ouvrir, apparemment très excitée de la voir. « Oh, Rosa, est-ce que — » Elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase que, déjà, son amie l'entraînait à l'intérieur en criant et en gesticulant. Et on trouvait Elinor excessive... Elle qui pensait que ce serait rapide et sans douleur, qu'elle ne verrait que Sirius, se laissa entraîner vers la salle à manger sans pouvoir dire un mot, presque poussée par Rosalie. « Tu arrives pile au bon moment ! » lui souffla-t-elle avant qu'elles ne déboulent dans la salle. « Je vais chercher une assiette en plus ! » s'exclama-t-elle rapidement.

Elinor, en entrant, ne put voir que ça. Sirius & Elizabeth. La vision qu'elle eut d'eux, même pendant une infime seconde, retourna son estomac et elle détourna rapidement les yeux pour sourire au patriarche des De la Vega. « Pedro ! Je suis désolée de ne pas avoir pu venir plus tôt, vraiment. » s'exclama-t-elle en sautillant presque jusqu'à lui pour coller une bise sur sa joue. Pedro De la Vega... Elle admirait cet homme à un point inimaginable, il avait toujours eu cette image de protecteur pour la jeune Reagan-Williams et, peut-être étais-ce de famille, elle s'était toujours sentie rassurée lorsqu'il était dans les parages. Elle se tourna vers les autres membres De la Vega, les salua à tour de rôle et son regard tomba à nouveau sur le couple. Elinor était gênée et elle peinait à le cacher. Pourtant, elle aurait dû s'y préparer, bien sûr qu'elle était invitée aux déjeuners familiaux, elle allait très bientôt en faire partie intégrante. Bien que mal à l'aise, elle garda tout de même une contenance, ne lança qu'un bref regard à Sirius et salua la jeune femme de la tête. « Enchantée. » lui lança-t-elle d'un ton calme et neutre, peut-être même un peu trop. En tout cas, pour ce qui était de lui parler en privé, ça semblait très mal parti.

Rosalie ne tarda pas à revenir avec une assiette en plus et, tout naturellement, la plaça en bout de table, entre Sirius et elle, et tapota même le coussin de la chaise pour inviter l'américaine à s'asseoir. La jeune femme hésita, se lança finalement et posa ses affaires près d'elle avant de prendre place, évitant soigneusement de laisser son regard couler vers la droite. Elle ne voulait pas voir les petits gestes qu'ils pouvaient se faire à table, ou sentir leurs jambes s'entrechoquer par erreur parce qu'ils voulaient s'atteindre. Le concept d'une Elizabeth devenait soudainement bien trop concret et Elinor devait se retenir de ne pas paniquer à la vue de tous. Pour éviter de laisser un blanc s'installer ou, pire, d'entendre Sirius s'adresser à elle alors qu'elle ne se permettait même pas de le regarder, elle adressa un sourire à toute l'assemblée. « Wow, j'ai l'impression que ça fait une éternité que j'ai pas assisté à l'un des repas de famille. »
Elinor Reagan-Williams

avatar

■ avatar : Kina Grannis
■ âge : 23 ans
■ emploi : Chanteuse
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 23

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: In another life    Lun 16 Mai - 10:34

Sirius avait le souffle coupé. Il se sentait incapable de quoique ce soit d'autres, il se sentait juste en apnée. Pourquoi ? Comment ? Il ne comprenait, pourquoi elle se mouvait si facilement dans cet environnement alors qu'il semblait si lourd. Son regard la dévorait, il était absorbé par sa personne et elle ne le regardait pas, pas même un peu, elle souriait, elle était magnifique et salua joyeusement tout le monde en l'ignorant de façon cruelle. Quand finalement, se fut à son tour, elle salua juste Elizabeth d'un enchanté froid et il fut gratifié d'un simple coup d'oeil. Alors c'était ainsi ? Il n'avait plus droit qu'aux regards plein de reproches ? Son coeur se serra, il trouvait tout cela injuste, mais dans le fond, il n'avait pas tellement à dire dans leur relation, Eli s'amusait à prendre les décisions au grès de ses envies et lui devait en subir chacune des conséquences. Amer ? Plus que ça. Elle s'installa à sa gauche mais elle ne l'aurait pas fait si Rosalie lui avait laissé le choix.

Incapable de le regarder, elle s'adressait à tout le monde et à personne en particulier. « Wow, j'ai l'impression que ça fait une éternité que j'ai pas assisté à l'un des repas de famille. » « 6 ans, 4 mois et 23 jours. » répondit-il mécaniquement en se mettant dans le fond de sa chaise, lâchant ses couverts. Il n'avait même plus la force de faire semblant, il n'allait pas toucher à cette assiette. Sirius n'avait qu'une envie, la prendre par le bras et l'entrainer dans une pièce où ils pourraient parler et mettre les choses à plat... ou peut importe, juste la regarder des pieds à la tête, c'était suffisant pour lui. Un raclement de la gorge lui fit tourner la tête vers la droite et il vit Elizabeth avoir un sourire forcé... il ne l'avait pas présenté, c'était sans doute son devoir... « Eli » dit finalement Sofia assisse en face de lui et le sauvant par la même occasion. « Je te présente Elizabeth, elle est journaliste, c'est... la petite-amie de mon frère... » sourit faussement Sofia tout en grinçant des dents. « Fiancée. » rectifia doucement Elizabeth en affrontant le regard possessif de sa jumelle. « Elizabeth, voici Eli, une amie d'enfance, on se connait depuis qu'on porte des couches. » avoua simplement Sofia en lançant un regard plus chaleureux à son amie d'enfance. « Les Reagan-Williams sont les bienvenue dans notre maison, Eli est comme une nièce à mes yeux. » signala Pedro avec un sourire paternel, il couvait réellement Eli du regard, elle était une de ses chouchoutes depuis toujours.

Sirius se sentait étranger à cette conversation, il entendait mais n'arrivait pas à s'y accrocher, il était juste perdu dans cette conversation burlesque, dans son monde, Eli n'aurait jamais dû rencontrer Elizabeth, aussi étrange que cela puisse être, il n'avait jamais su lui présenter une de ses petites-amies. Oui il en avait eu, mais il n'en avait jamais jugé une assez sérieuse pour la présenter à sa meilleure amie... en contre-partie, elle lui avait toujours la présence de ses petits-amis. L'américain contemplait ses mains, il ne voulait pas relever le regard, il ne voulait pas voir le regard interrogateur d'Elizabeth sur lui et il voulait encore moins voir que son amie d'enfance l'ignorait purement et simplement.

Rosalie qui était longtemps restée silencieuse pour observer les gens de son regard bleu perçant attrapa la main d'Eli dans la sienne avec désinvolture, si seulement il pouvait faire la même chose pensa-t-il le regard voilé par la tristesse. « Eli c'est aussi la chérie de Sirius, ils se sont mariés lorsqu'ils avaient quoi... cinq ans non ? Enfin, tu ne seras que la seconde à l'épouser en somme ! Enfin, si ce grand et merveilleux événement voit le jour... » sourit la blonde tout en secouant les cheveux, elle n'avait jamais aimé Elizabeth et lui faisait toujours sentir qu'elle ne faisait pas partie de la famille d'une façon ou d'une autre. Sirius se tendit sur sa chaise, était-elle vraiment obligé d'évoquer ça ? « Rosalie » siffla alors Felicity la matriarche de la famille. « Vas chercher un verre pour Elinor dans la cuisine, tu as oublié de lui apporter... et je viens t'accompagner. » ajouta-t-elle en regardant sa dernière fille en lui jetant un regard appuyé, Rosalie gesticula sur place, comprenant qu'elle allait se faire gronder mais pas aux yeux de tous. « Laisse maman » intervint finalement Sirius en faveur de Rosalie, il s'adressa à Elinor directement, faisant ce qu'elle n'avait pas encore osé faire. « Avec tout ce qu'on a partagé, on peut bien partager un verre, n'est-ce pas Elinor ? » l'interrogea-t-il d'un regard appuyé, oubliant où il était et avec qui, seule la réponse de son amie comptait. Il voulait tellement qu'elle le regarde.
Sirius W. De la Vega

avatar

■ avatar : Andrew Cooper
■ âge : 25 ans
■ emploi : avocat
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: In another life    Mar 17 Mai - 19:25

Sirius l'avait complètement prise de court en enchaînant sur sa phrase alors qu'elle avait espéré détendre l'atmosphère en la prononçant. « 6 ans, 4 mois et 23 jours. » ... Monsieur tenait les comptes. Tu parles d'un casseur d'ambiance, au moins il ne faisait pas dans la subtilité. Elle ne le trouvait vraiment pas fin, de balancer ça comme ça, mais si Elinor lui en voulait c'était surtout pour la surprendre autant. Elle aurait voulu qu'il fasse l'indifférent, c'était lui qui se tenait à côté de celle qui porterait bientôt son nom. Elle n'osa toujours pas le regarder, restant silencieuse face à sa remarque et s'empressant d'enfiler une fourchette pleine de purée dans sa bouche. Heureusement, Sofia prit vite soin de reprendre le fil de la conversation en présentant les deux jeunes femmes assises autour de Sirius.

Elinor releva lentement la tête lorsque Sofia lui indiqua qu'Elizabeth était sa "petite amie" et, malgré elle, pendant un court instant, un léger sourire en coin prit possession de son visage et son regard se posa sur Sirius. Toute ta famille l'adore, hein ? pensa-t-elle avant de revenir très rapidement sur la blonde qui avait entre-temps rectifié. Une journaliste, en plus ! Sans vouloir se l'avouer, la brune était rassurée de voir que, même si Sirius et elle n'étaient plus en de très bons termes, elle n'avait pas perdu la complicité qui l'unissait avec le reste de sa famille. Plus, au détriment d'Elizabeth ! C'était tellement puérile ; c'était comme ça qu'elle était avec Sirius, c'était contre ça qu'elle luttait depuis qu'il avait posé la bague destinée à la blonde quelques mois plus tôt sur sa jambe. En sa présence, elle était impulsive et les gestes qu'elle avait tout juste eu le temps de réapprendre, elle devait les retenir pour que ça ne semble pas déplacé. Le sourire de Reagan-Williams s'élargit lorsque Pedro la qualifia de nièce et elle lui adressa un regard plus que chaleureux. Il fallait dire qu'en étant élevée par une mère qui tarissait autant d'éloges sur Pedro qu'elle ne mettait en garde sa fille contre sa femme, elle ne pouvait que penser réciproquement. La conversation continua sur la salade et Elinor prit un instant pour observer la fameuse Elizabeth. Il fallait avouer que, physiquement, elle était plus que passable. Bon, d'accord, elle était jolie, ne poussons pas plus loin. La jeune fille commença tout naturellement à se comparer à elle mais s'arrêta bien vite ; peu importait, Sirius avait fait son choix et les voir tous les deux à un des repas De la Vega lui suffisait pour le comprendre.

En tout cas, Elinor était beaucoup plus à l'aise que lorsqu'elle était arrivée. Comme lorsqu'elle avait retrouvé Sirius, elle reprenait ses marques petit à petit et ses yeux brillaient au souvenir des précédents repas qu'elle avait mangés ici et qui semblaient si lointains. Bien sûr, elle ressentait toujours la présence de Sirius près d'elle, et un coin de son esprit la torturait pour qu'elle fasse glisser sa main pour attraper la sienne, juste un instant, pour le sentir et, comme la dernière fois, prétendre que rien ne les avait jamais séparés. Ce fut Rosalie qui attrapa sa main et la sortit de ses pensées. « Eli c'est aussi la chérie de Sirius, ils se sont mariés lorsqu'ils avaient quoi... cinq ans non ? Enfin, tu ne seras que la seconde à l'épouser en somme ! Enfin, si ce grand et merveilleux événement voit le jour... » Par réflexe, Elinor pouffa de rire - elle avait toujours été bon public pour Rosa. Elle tenta de faire passer ça pour un étouffement mais ne cacha guère son sourire qui mit plusieurs secondes à disparaître et pendant lesquelles elle regarda Rosalie en se mordant la lèvre pour retenir un vrai rire. Rosa était tellement... ! Elle était Rosa, franche et directe, observatrice et intelligente, elle était... drôle aussi, pour le coup. « Enfin, le divorce a été aussi soudain que le mariage, il est très changeant de ce côté-là aussi » fit-elle remarquer comme si elle s'adressait à Elizabeth sans que Sirius ne tombe dans son champ de vision avant de refermer la bouche, consciente qu'elle l'accusait implicitement de lui avoir préféré la journaliste.

Elles furent interrompues par Felicity et, immédiatement, Elinor baissa la tête pendant que Rosalie se préparait à sentir sa blague passer ; comme lorsqu'elle était enfant, attendre que la tempête passe et, surtout, surtout, ne pas croiser les yeux bleus perçants de la matriarche De la Vega. Finalement, encore une fois au plus grand étonnement de la jeune femme, ce fut Sirius qui brisa le quiproquo. « Laisse maman. Avec tout ce qu'on a partagé, on peut bien partager un verre, n'est-ce pas Elinor ? » Les yeux de la native s'agrandirent et elle tourna enfin le regard vers Sirius. Son regard, comparé à son attitude qui semblait légère et désintéressée, était à cet instant plus profond qu'il ne l'avait même été lors de leur dernière entrevue. Il la poussait, il ne cessait ses allusions alors qu'ils étaient en "public" alors qu'elle ne savait absolument pas sur quel pied danser, aussi intimidée par Felicity que rassurée par Rosalie près d'elle, il lui donnait envie de simplement l'attraper pour les éloigner de tout ça, mais la présence d'Elizabeth et des autres membres de sa famille était une barrière indéniable à leur conversation déjà entachés par la conjoncture. En ce qui concernait le verre... en temps normal, elle ne s'en serait pas formalisée, il avait raison de dire qu'ils avaient déjà beaucoup partagé, mais là... C'était plein de sous-entendus et Elinor avait du mal à supporter la presson. « Je pense que je connais le chemin jusqu'à la cuisine, je reviens. » dit-elle en posant sa serviette sur la table pour se lever rapidement et aller jusqu'à la cuisine. Un peu d'air et de calme ne pouvaient lui faire que du bien.
Elinor Reagan-Williams

avatar

■ avatar : Kina Grannis
■ âge : 23 ans
■ emploi : Chanteuse
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 23

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: In another life    Mer 18 Mai - 0:36

Eli retrouvait ses marques, il le sentait mais tellement dans sa façon de bouger les mains, de gigoter, de sourire, son amie retrouvait ses aises dans cette maison qui avait été sa seconde maison, dans cette famille qui avait été si liée à la sienne et ce malgré leurs mères. C'était étrange, autant Eli se fondait à merveille dans cet environnement, autant Elizabeth avait l'air d'une parfaite étrangère et Sirius en avait pleinement conscience à cet instant. Oui, sa famille appréciait sa fiancée, mais en même temps ils aimaient aussi le chocolat, ce n'était pas pour autant qu'ils en mangeaient tous les jours. Sofia et Rosalie avaient dur avec la jeune femme, mais Sirius ne s'était jamais vraiment interrogé là-dessus, il avait toujours estimé que ses sœurs étaient trop possessives et que jamais elles ne pourraient apprécier une autre fille... pourtant, à les voir avec Eli, il comprenait qu'il avait tord. Pour Eli elles seraient prêtes à faire un effort. Pourquoi Eli, pourquoi pas Lizzie ? Le cœur de Sirius se serra. Peut-être parce que dans le fond, il n'avait jamais su dire les trois mots qu'il fallait dire à Elizabeth, alors que ceux-ci franchissaient sa bouche à chaque fois qu'il parlait à Eli, à chaque fois qu'elle posait sa main sur son bras, sur son torse, sur sa joue, l'amour qu'il avait pour elle se devait de ressortir...

Il détourna le regard, confus, perdu, Eli le chamboulait, sa présence, son odeur, sa voix, elle était trop près, et il était comme enivré, comment pouvait-il serrer la main d'Elizabeth ou regardé sa fiancée alors que son coeur ne voulait qu'Eli... il se sentait cruel et idiot. Faisait-il une erreur ? Rosalie lui disait depuis le début, et en voyant la native, il remettait tout en question. En l'entendant rire aux sous-entendus idiots et cruels de sa soeur, Sirius ne put s'empêcher de sourire, oui, l'humeur d'Eli avait toujours influencé la sienne. Plus jeune, lorsqu'il était d'humeur maussade, il se rendait chez Eli juste pour la voir lui sourire, juste pour la regarder bouger et parler, en repartant, son cœur était toujours plus légué.

Le regard chocolat d'Eli croisa un instant le sien, il retint son souffle, il voulait la toucher, poser sa main sur sa hanche, sur sa cuisse, n'importe où, c'était vital pour lui d'établir le contact. « Je pense que je connais le chemin jusqu'à la cuisine, je reviens. » elle s'échappait déjà. Le regard de Sirius se fit triste à l'instant où elle ne fut plus dans son champ de vision.

Puis conscient que tous le regardait étrangement, Sirius se racla la gorge, il osa un petit regard en direction d'Elizabeth, il la sentait tendue et blessée... mais il n'arrivait pas à se sentir coupable, même en se forçant, il ne pourrait jamais agir différemment avec Eli. « Sirius, dis, tu veux bien aller voir les enfants ? Vérifier qu'ils n'aient pas fait un carnage dans le salon ? » demanda poliment Elena en le sortant de cette situation désagréable. Son sourire s'agrandit, il n'avait même pas besoin de sortir une excuse idiote pour s'éclipser et retrouver Eli, il en avait une toute trouvée, il se leva aussi tôt. Diego en profita pour poser une question à Elizabeth sur son boulot et Fred enchaîna sur un petit scandale qu'il avait lu au journal. A cet instant, s'il avait pu le faire, il aurait embrassé ses trois aînés.

Sirius trouva rapidement le chemin du salon, les plus jeunes de la famille mangeait tout en regardant un quelconque dessin-animé bien sagement, il essuya tout de même le menton de Lola, le bébé de la famille qui avait trois ans, elle avait du mal à ne pas faire tomber sa nourriture de sa cuillère. Il sourit amusé devant le tableau des enfants, un jour, ça avait été lui, dans ce même salon.

Il trouva rapidement le chemin de la cuisine, il s'arrêta en voyant Eli, elle lui tournait le dos, sentait-elle sa présence ? Il s'avança un peu, tel un félin prêt à se lancer sur sa proie, son coeur battait plus vite, sa main trouva sa hanche naturellement, puis il l'enlaça, la serrant, délicatement, comme si elle était l'être le plus précieux au monde, mais dans le fond, elle l'était à ses yeux. Finalement, il la retourna, sa main trouva naturellement le chemin de ses cheveux, l'autre ne quittant plus sa hanche, et il se mit à l'embrasser sur la joue. Doucement. « Pardon » souffla-t-il tout d'abord avant de la réembrasser une nouvelle fois. « Je m'excuse Eli » et il continua ainsi, s'excusant tout à l'embrassant à chaque fois, et immanquablement, ses lèvres se rapprochaient à chaque fois de celles d'Eli. Il avait envie de l'embrasser, désespérément. Son regard se voila, il ne pouvait plus ni cacher cette envie, ni la fuir, il la voulait de cette façon là aussi. Son pouce se posa sur les lèvres jusqu'alors interdite de son amie d'enfance « Eli, j'ai envie de... » « Tonton » Sirius ferma les yeux, il voulait ignorer l'appelle de sa nièce. « Tonton ! J'ai les mains sales, tu peux m'aider s'il te plait ? » exigea la petite Flore. Sirius tourna finalement le regard vers la fille aînée de Lily & Diego qui l'observait de ses yeux innocents. « Oui évidemment... » Sirius se détacha avec beaucoup de difficulté d'Eli pour soulever sa nièce et l'aider à se laver les mains. Une fois la petite satisfaite, elle embrassa son oncle sur la joue avant d'être reposée à terre. Elle tourna alors son regard bleuté vers Eli avant de pousser un oh surpris. « Tu es la madame des photos !! » s'écria la petite. Et en terminant sa phrase, Frank, Lola, et Luis était déjà là auprès d'eux. « Mais oui ! » s'extasia Frank, Sirius fronça les sourcils, ses neveux avaient vu la photo d'Elinor dans une pub sans doute. « Tu es la madame cachée dans les cartons de tonton Sirius ! Il a plein de photo ! » ajouta le petit Luis en écartant grand les bras pour appuyer ses dires. « Il a toujours les yeux plein d'amour quand il te regarde sur les photos » crû bon d'ajouter Flore fière d'elle.

Pour la peine, Sirius se sentit rougir comme s'il était pris en faute, il osa un regard vers Eli avant de lui faire un petit sourire timide. Il ne savait pas vraiment ni quoi dire, ni quoi faire. Mais en tout cas, pour la première fois depuis longtemps, il se sentait juste à sa place.
Sirius W. De la Vega

avatar

■ avatar : Andrew Cooper
■ âge : 25 ans
■ emploi : avocat
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: In another life    Mer 18 Mai - 12:18

Un peu d'air et de calme, c'était tout ce dont Elinor avait besoin. Dès qu'elle eut atteint la cuisine, la jeune fille se mit face au lavabo et plaça ses mains pour s'y soutenir. La situation la dépassait complètement. Maintenant qu'elle était seule, elle se rendait mieux compte de ce qu'il venait de se passer et, surtout, de ce qu'elle avait pu voir. Et, immédiatement, elle sentit son cœur se tordre de douleur. Elizabeth... elle avait apprivoisé Sirius. Même si elles ne s'étaient qu'à peine parlé, Elinor ne pouvait s'empêcher d'admettre qu'au-delà de ça, ils avaient déjà partagé la vie de l'autre pendant deux ans. Et pendant ce temps, Sirius lui avait offert cent fois plus que ce qu'il avait jamais donné à Eli. Est-ce que c'était le rôle qui lui était désormais dévolu ? Celui d'observer le bonheur de son meilleur ami, de celui qu'elle n'avait jamais cessé d'aimer, de celui pour qui elle était revenue ? Ca faisait des mois qu'elle faisait semblant d'aller bien, finissant par sortir la fiancée de son esprit pour replonger dans ses chansons, mais là...

La sensation d'une présence derrière elle la sortit de ses pensées. Ça ne pouvait être que lui. Bientôt, elle l'entendit s'approcher presque silencieusement, et son parfum l'envahit. Tout son corps se tendit dans l'attente ; et dans son esprit, elle se dit que si il la touchait, qu'il franchissait cette barrière qu'Elizabeth mettait entre eux, alors elle n'avait peut-être pas tout perdu. Lorsque, finalement, il eut lieu et qu'elle sentit le bras du jeune homme entourer sa taille pour finalement la tourner vers lui, son coeur s'arrêta et elle retint son souffle, papillonnant un instant des paupières en se retrouvant devant lui, troublée, envoûtée par ce regard qu'elle s'était refusée de croiser de la soirée. « Pardon » entendit-elle par-dessus le bourdonnement de son cerveau en surchauffe. Il l'embrassa sur la joue, avec cette douceur si particulière qu'elle lui connaissait, se rapprochant de ses lèvres et la jeune femme, elle, sentait son rythme cardiaque augmenter à vive allure. « Je m'excuse Eli » continua-t-il mais déjà elle ne savait plus de quoi il parlait. Elle mourrait d'envie de lui. Il était fiancé, celle qui partageait sa vie n'était qu'à quelques mètres et tout ce à quoi elle pouvait penser, c'était au pouce de Sirius qui venait de se poser sur ses lèvres. Elle releva un regard voilé vers lui, teinté d'une malice qu'elle ne semblait retrouver avec lui alors qu'il reprenait la parole, le mettant silencieusement au défi de se mettre à exécution. Leur proximité s'était accrue en quelques instants.

« Tonton » Instinctivement, Elinor baissa la tête pour cacher son visage et finit par la détourner totalement. Bientôt, Sirius fut de nouveau loin d'elle, occupé à aider sa nièce à se laver les mains et Eli en profita pour attraper un verre dans l'un des placards et le poser devant elle. Bien sûr, elle aurait pu fuir encore une fois, retourner dans la salle à manger et passer cet épisode sous silence, mais le geste de Sirius ne lui avait donné qu'une seule envie : plus. Elle se laissa aspirer par la vision de Sirius et de sa nièce et, lorsque Flore se tourna vers elle en ayant l'air surpris, Elinor fit une grimace qui l'était tout autant. « Tu es la madame des photos !! » La jeune fille lança un rapide regard à Sirius avant de hausser les épaules. « Oui, j'imagine que c'est moi » dit-elle avec un léger sourire. « Tu es la madame cachée dans les cartons de tonton Sirius ! Il a plein de photos ! » Le sourire d'Elinor se rétrécit et ses yeux plissés s'agrandirent alors qu'elle lançait un regard interrogatif aux petits, puis à Sirius. « Il a toujours les yeux plein d'amour quand il te regarde sur les photos » Nouveau serrement au coeur. Comment certaines choses pouvaient lui procurer à la fois tellement de plaisir et de douleur ? C'était trop d'informations, trop à gérer en même temps. Son sourire revint lorsqu'elle perçut les joues de Sirius rosir et elle haussa un sourcil, de nouveau malicieuse, mais dans son esprit commençait déjà à s'insinuer une horrible image. « Vraiment, tout un carton ? Fais gaffe, je pourrais faire valoir un ordre de restriction pour moins que ça ! » le taquina-t-elle alors que sa bonne humeur fanait doucement.

« La madame des photos, hein... » reprit-elle d'un ton presque triste, le regard tourné vers la fenêtre de la cuisine alors qu'elle croisait ses bras devant elle. Elizabeth était la fiancée et Eli, elle, la dame des photos. Encore quelque chose qui lui rappelait que, même si il le laissait paraître par moments, Sirius ne lui appartenait plus. Remarquant l'ambiance soudainement plus froide, les enfants firent demi-tour et retournèrent jouer dans le salon, laissant les deux jeunes adultes seuls dans la cuisine. Elinor resta silencieuse un instant, reprenant le verre entre ses doigts pour laisser son doigt tourner autour alors qu'elle était plongée dans ses pensées. « Je voulais pas, Sirius... Je voulais pas devenir la dame des photos. Pas pour toi. » dit-elle en se raclant la gorge. Elle baissa la tête, laissa ses cheveux cacher son visage et ferma les yeux un instant, laissant une larme s'accrocher à l'un de ses cils. Au-delà du fait qu'il était fiancé, c'était toute leur relation qui allait de travers et cela depuis plusieurs années. « J'avais besoin de temps et... » et je pensais que tu m'attendrais. Oui, elle lui en voulait d'avoir succombé à Elizabeth, aussi angélique et jolie puisse-t-elle être, mais elle ne pouvait pas le blâmer pour avoir foutu leur relation en l'air en premier. Finalement, c'était sa faute à elle, une faute qu'il était trop tard pour racheter. « ... et finalement je l'ai pas vu passer [le temps, js ~]. » Elle releva la tête, son regard heurta de nouveau celui de son ami d'enfance et un exceptionnel sourire désolé se dessina sur ses lèvres. « Tu me manques, Sirius. Depuis des années, au quotidien, il me manque toutes ces petites choses que tu m'apportais. Réchauffer mes pieds la nuit, me faire faire des crises cardiaques à force de rire, me prendre la main, naturellement... » Elle s'approcha d'un pas et sa main descendit le long du bras de Sirius pour se glisser entre les doigts de ce dernier. « Quand est-ce qu'on a perdu ça, Sirius ? » demanda-t-elle finalement, un trémolo dans la voix, serrant sa main dans la sienne.
Elinor Reagan-Williams

avatar

■ avatar : Kina Grannis
■ âge : 23 ans
■ emploi : Chanteuse
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 23

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: In another life    Mer 18 Mai - 17:27

Alors c'était ça l'image qu'ils avaient ensemble sur ces photo ? L'amour ? Sirius secoua la tête, à vrai dire, il n'était même pas étonné. Il avait toujours accepté le fait qu'il tenait irrémédiablement à elle, mais il s'était aussi toujours interdit d'aller trop loin dans ses réflexions de peur de tout gâcher entre eux. Sauf qu'avec tout ce qu'il se passait entre eux, pouvait-il encore plus dégrader leur situation ? Ils ne se voyaient plus, se parlaient avec des phrases pleines de double sens et ils évitaient de trop se regarder dans les yeux... de peur de voir ce qu'ils avaient fui toutes leurs adolescence. C'est-à-dire ce désir trop puissant qui n'était pas saint dans une amitié qu'on voulait platonique... « Vraiment, tout un carton ? Fais gaffe, je pourrais faire valoir un ordre de restriction pour moins que ça ! » Sirius eut un petit sourire triste. Si elle savait. Entre les photo, les lettres qu'il avait amassé pour elle aux fils des ans et les habits qu'elle avait laissé dans sa chambre avec désinvolture... Eli avait laissé sa marque sur sa chambre d'enfant, et il n'avait jamais osé y toucher, ni laisser rentrer une autre fille qu'elle dedans. Sa chambre était leur sanctuaire, ils avaient tant partagé que si une autre rentrait dans la pièce, il avait peur que le lieu perte en symbolique. « On ne peut pas dire de toute façon qu'on est actif dans la vie de l'autre à l'heure actuelle... » finit-il par répondre sans méchanceté dans la voix, c'était juste un fait.

« La madame des photos, hein... » le ton de la voix d'Eli était tellement triste. Sirius l'observa, plongée dans ses pensées... elle semblait regretter. « Je voulais pas, Sirius... Je voulais pas devenir la dame des photos. Pas pour toi. » L'américain ferma les yeux. Il regrettait tellement tout ça aussi, s'il le pouvait, s'il en avait le pouvoir, il retournerait en arrière, à cette époque où ils étaient tout l'un pour l'autre, peut-être qu'il aurait le courage d'enfin lui dire tout ce qu'il avait sur le cœur... c'était tout son amour, tout son désir, tous ses silences qui voulaient dire tellement plus qui avaient tout gâcher, il avait tellement voulu protéger cette amitié si chère à ses yeux qu'il s'était amputé une partie du cœur afin de ne pas la perdre... mais la vérité était là, les enfants l'avaient vu. Déjà à l'époque il l'aimait, mais pas comme un meilleur ami à le droit d'aimer sa meilleure amie... c'était déjà plus fort mais c'était aussi entièrement sous contrôle. « J'avais besoin de temps et... et finalement je l'ai pas vu passer » le jeune homme baissa le regard, toutes ces années sans elle ce n'était pas passé vite pour lui, jamais une seconde, une minute, une semaine n'avait été aussi pesante sur son être. Le temps qui s'écoule, il avait appris à le détester. « Tu me manques, Sirius. Depuis des années, au quotidien, il me manque toutes ces petites choses que tu m'apportais. Réchauffer mes pieds la nuit, me faire faire des crises cardiaques à force de rire, me prendre la main, naturellement... » elle s'approcha de lui pour glisser sa main dans la sienne, entrelaçant leur doigt, il répondit à ce geste en refermant sa main sur eux, une parfaite union, sa main se glissait si bien dans la sienne. « Quand est-ce qu'on a perdu ça, Sirius ? » la voix si assurée d'Eli faillit, il entendit le timbre de sa voix si claire trembler, il s'approcha d'elle et posa son front sur celui d'Eli avec ce sourire si triste. Pourquoi souffrir ainsi ? Il inspira, il devait être franc, honnête, elle le méritait.

« Je crois que... c'est de ma faute » sa mâchoire se serra à cet aveux, il s'en voulait tellement de tout ce qui était arrivé. « Lorsque tu es partie la première fois, je n'étais qu'un adolescent... et je mourrais d'envie de te faire l'amour, si tu savais comme j'avais envie de te caresser, de te toucher, de te posséder lorsque tu dormais sagement à côté de moi... je pensais juste que... c'était malsain, que c'était juste mes hormones, que mes hormones ne pouvaient pas gâcher notre histoire alors j'ai refusé tout ça et je me suis contenu. » il resserra sa prise sur les doigts d'Eli, il était gêné, certes, mais il avait fini par accepter cela, le temps aide parfois... « Et après... ton absence... tu me manquais tellement, toi, tes sourires, tes caresses, l'éclat de ta voix, la lueur de tes yeux, ta façon de m'appeler. Dans ses rues où j'ai grandi avec toi, je ressentais ta présence partout mais je ne pouvait pas t'atteindre... et c'est là que j'ai compris que si tu me manquais autant à moi et pas à tous les autres... c'était que mon amour pour toi était différent... » il sentit son cœur battre plus fort, jamais il n'avait été aussi sincère, avec elle, avec lui-même, tout paraissait soudain tangible à son esprit... « Quand je suis venu il y a deux ans, j'étais venu te chercher Eli, j'étais venu parce que... j'avais accepté l'idée que je voulais plus que tout ce qu'on avait pu partager ensemble dans notre passé... je te voulais mais je l'ai tellement mal exprimé » il se tut quelque instant, il devait aller jusqu'au bout... mais ce n'était pas facile de finalement déballer ce qu'il avait tenter de cacher tout ce temps... « En vérité Elinor, si je te voulais autant adolescent, si tu me manquais autant jeune homme et si je suis venu pour te chercher il y a deux ans, c'était tout simplement parce que toutes ces années j'étais juste complètement et indéniablement amoureux de toi. » Sirius se sentit déglutir à cet aveux. « Et si on a perdu cette facilité à se toucher, à se parler et tout ça... c'est parce que derrière mes gestes il y avait cet amour pour toi... je suis tellement désolé d'avoir gâché notre amitié si précieuse... » il leva alors la main d'Elinor et la déposa sur son coeur, il battait si vite, il battait pour elle, quelque part, il l'avait toujours fait. « Mais je ne regrette pas parce que tu es la femme la plus merveilleuse que j'ai pu rencontrer Eli » il eut une sorte de sourire triste, son amour avait tout gâché entre eux, mais il n'était pas trop tard pour tout réparer n'est-ce pas ? « Je sais que tu ne pourras pas m'aimer de cette façon Eli... alors si tu veux qu'on redevienne ces amis qu'on a été dans le passé... je le ferais pour toi, je ferais tout pour toi... exige et j'enfermerais tout ce que je ressens pour toi et cela n'influencera plus notre amitié. » voilà, ce cadeau, il pouvait lui offrir, ne plus l'aimer... ne plus aimer tout court, parce que maintenant il pouvait admettre, il ne pouvait aimer aucune autres femmes qu'elle.

_________________
Sirius W. De la Vega

avatar

■ avatar : Andrew Cooper
■ âge : 25 ans
■ emploi : avocat
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: In another life    Mer 18 Mai - 23:34

Leurs mains entrelacées, leurs fronts collés l'un contre l'autre, Elinor sentait qu'elle était encore dans l'un de leurs moments "à eux", ceux où ils retrouvaient leur complicité originelle. Sirius reprit rapidement la parole et la jeune femme s'éloigna, observant les muscles de sa mâchoire se serrer. Reconnaissant le sérieux dans les yeux de son ami de toujours, elle fronça les sourcils. « Lorsque tu es partie la première fois, je n'étais qu'un adolescent... et je mourrais d'envie de te faire l'amour, si tu savais comme j'avais envie de te caresser, de te toucher, de te posséder lorsque tu dormais sagement à côté de moi... je pensais juste que... c'était malsain, que c'était juste mes hormones, que mes hormones ne pouvaient pas gâcher notre histoire alors j'ai refusé tout ça et je me suis contenu. » Silence. Les lèvres d'Elinor s'entrouvrit mais elle n'avait pas l'intention d'en laisser échapper le moindre son. Il avait l'air de se sentir tellement coupable... Et dire qu'elle avait ressenti la même chose, à quelques détails près. Elle déglutit et laissa le jeune homme continuer.

Elle n'arrivait pas à en croire ses oreilles. Devant elle, le jeune homme lui dévoilait un désir qu'elle avait toujours pensé à sens unique et à cause duquel elle s'était souvent sentie laissée de côté. Pour chacune des paroles que prononçaient Sirius, Elinor avait envie de lui répondre par un baiser, une caresse, un geste tendre qui le rassurerait sûrement immédiatement, lui qui broyait délicieusement sa main en enchaînant sa tirade. « Et après... ton absence... tu me manquais tellement, toi, tes sourires, tes caresses, l'éclat de ta voix, la lueur de tes yeux, ta façon de m'appeler. Dans ses rues où j'ai grandi avec toi, je ressentais ta présence partout mais je ne pouvait pas t'atteindre... et c'est là que j'ai compris que si tu me manquais autant à moi et pas à tous les autres... c'était que mon amour pour toi était différent... » La jeune fille papillonna encore des yeux, sentant ses joues rosir comme celles d'une vulgaire adolescente. Lorsqu'il aborda leurs retrouvailles deux ans auparavant, une boule se forma dans sa gorge. A voir comment ça avait fini, il y avait effectivement eu un quiproquo, et pas des plus petits. « En vérité Elinor, si je te voulais autant adolescent, si tu me manquais autant jeune homme et si je suis venu pour te chercher il y a deux ans, c'était tout simplement parce que toutes ces années j'étais juste complètement et indéniablement amoureux de toi. Et si on a perdu cette facilité à se toucher, à se parler et tout ça... c'est parce que derrière mes gestes il y avait cet amour pour toi... je suis tellement désolé d'avoir gâché notre amitié si précieuse... » Lorsque Sirius releva la main d'Elinor pour la poser contre son coeur, c'était le bras d'une poupée qu'il tenait dans sa poigne. Même si il avait noyé le poisson, Elinor n'avait pu entendre que ça. « Tu étais... » elle ne termina même pas sa phrase, complètement troublée. « Mais je ne regrette pas parce que tu es la femme la plus merveilleuse que j'ai pu rencontrer Eli » Dans son cerveau, ses pensées s'entrechoquèrent et elle bégaya mentalement.

« Je sais que tu ne pourras pas m'aimer de cette façon Eli... alors si tu veux qu'on redevienne ces amis qu'on a été dans le passé... je le ferais pour toi, je ferais tout pour toi... exige et j'enfermerais tout ce que je ressens pour toi et cela n'influencera plus notre amitié. » Elinor, sans prévenir, ne s'écrase contre le torse du jeune homme. A la simple sensation d'être contre lui, ses yeux s'humidifièrent et elle enfouit son visage vers le bas en inspirant profondément. Il fallut plusieurs instants pour que toutes les informations s'accumulent dans l'esprit de la jeune femme dont le regard s'assombrit rapidement. En un instant, elle était passée du bonheur intense à la rage désespérée. Lunatique, l'enfant. « Mais t'es tellement con ! » rugit-elle brusquement en le repoussant de toutes ses forces pour le jauger d'un regard assassin. Celui-ci se mua en un sentiment confus et elle baissa légèrement la voix pour continuer. « Tout ce temps j'étais là moi ! J'aurais pu être là, n'importe quand, si tu me l'avais demandé, regarde où ta putain de théorie nous a mené ! Bravo pour la préservation de notre amitié, hein. » Malgré elle, Elinor retenait ses coups ; elle avait bien assez de poison dans la bouche, et celui-ci ne semblait pas décidé à s'arrêter. Néanmoins, un nouvel élément s'ajouta : la détresse pointait clairement dans sa voix lorsqu'elle reprit la parole. « Maintenant on est plus rien, Sirius ! On était là, dans la même ville, pendant des mois, et on s'est pas adressé la parole ! T'as plus besoin de moi, tu vas te marier ! Et moi, à la cérémonie, je serais assise au dernier rang. » Elle s'arrêta brusquement, sembla pensive un instant et un nouveau flot de larmes vint obscurcir sa vision. Se calmant soudainement, elle s'écarta de Sirius, rompant leur contact, et s'appuya contre le lavabo pour se retourner et faire dos au jeune homme. Elle baissa la tête, essuya tant bien que mal une larme qui menaçait de couler sur sa joue avec son doigt et déglutit avant de reprendre la parole, presque dans un murmure. « C'était pas la place que j'imaginais avoir... Tu m'avais dit que j'étais ton Isabella, et oui c'est stupide de croire à des prédictions d'enfants mais... moi, j'y croyais, dur comme fer, juste parce que ça venait de toi. T'es la personne que je pensais le mieux connaître au monde. La seule qui vaille la peine. » La boule dans sa gorge ne voulait définitivement pas partir. « Ca a toujours été toi. » avoua-t-elle douloureusement. « Quand on dormait pas ensemble, je te prenais un tee-shirt pour t'avoir quand même avec moi. Quand je suis sortie avec Seth, c'est parce que j'espérais que ça te ferait réagir. Et si je suis revenue ici... C'était pour toi. »

Quel gâchis. Ils prétendaient avoir eu une amitié indestructible et ils avaient été incapables d'être sincères l'un envers l'autre dès le début. Elinor n'arrivait pas avec deux ans de retard, elle en avait presque une dizaine de ratées. Elle se tourna de nouveau vers Sirius : son regard s'était adouci mais il était loin d'être avenant. « Tu ne peux pas me dire que je suis la femme la plus merveilleuse que tu aies rencontré puis que pour mon bénéfice on doit préserver une amitié qui a disparu on ne sait où. T'as pas le droit, Sirius. Comment tu peux... me dire que tu m'aimes !? » Elle secoua la tête, fit un pas en arrière, hésita et se dirigea vers la porte de telle sorte à ce qu'elle contourne le jeune homme, mais elle s'arrêta et se tourna de nouveau vers lui. « C'est toi qui t'es mis avec quelqu'un juste après m'avoir brisée le coeur, c'est toi qui vas te marier ! » Elle abaissa de nouveau sa voix et lui lança un regard amer. « Ta copine a l'air géniale, au fait. Beaux bébés en perspective. »

Bonjour je m'appelle Elinor je suis bipolaire,
j'ai des tendances meurtrières et je change
d'avis toutes les dix lignes. Bonjour ! Je m'a
Elinor Reagan-Williams

avatar

■ avatar : Kina Grannis
■ âge : 23 ans
■ emploi : Chanteuse
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 23

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: In another life    Sam 21 Mai - 1:28

Eli était la fille la plus versatile que Sirius connaissait et parfois, elle arrivait encore à le surprendre par son côté... si changeant. Et là, la ribambelle d'émotions qui défilait sur le visage de son amie d'enfance était un spectacle à lui tout seul. Sirius accusa l'insulte... il savait qu'elle allait mal le prendre... mais la raison qu'elle évoqua au lieu de lui tordre le coeur le fit se gonfler... lisait-il bien entre les lignes ? Un espoir fou et insensé s’immisça dans son esprit... l'aimait-elle aussi ? Comment ? Pourquoi ? Depuis quand ? Sirius aurait voulu l'arrêter et l'attraper par les épaules pour lui poser ces questions. Mais elle ne lui laissa pas l'occasion d'en placer une, libérant une colère qui alla crescendo. « Maintenant on est plus rien, Sirius ! On était là, dans la même ville, pendant des mois, et on s'est pas adressé la parole ! T'as plus besoin de moi, tu vas te marier ! Et moi, à la cérémonie, je serais assise au dernier rang. » le jeune homme ne dit rien, elle avait besoin de parler, de dire tout ce qu'elle pensait... Sirius baissa le regard et ses yeux bleus tombèrent sur sa bague de fiançailles... oui, c'était vrai, il était supposé se marier... il ferma le poing. C'était idiot, insensé, surtout lorsqu'il réalisa que celle qu'il aimait plus que de raison se tenait en face de lui et pas dans la salle à manger avec le reste de sa famille...

Eli était plus calme et était tout à son désarrois, elle s'accrochait à l'évier, lui tournant le dos, elle ne l'autorisait pas à voir sa détresse, il ne s'autorisa pas à faire un pas vers elle... pour la première fois, il n'avait ni le bon mot, ni le bon geste en réserve. Alors il restait là, les bras balant, il se sentait idiot et inutile. Quand elle reprit la parole, ce fut d'une voix cassée, à peine plus élevée qu'un murmure et pourtant, Sirius en saisi chaque sens. « C'était pas la place que j'imaginais avoir... Tu m'avais dit que j'étais ton Isabella, et oui c'est stupide de croire à des prédictions d'enfants mais... moi, j'y croyais, dur comme fer, juste parce que ça venait de toi. T'es la personne que je pensais le mieux connaître au monde. La seule qui vaille la peine. » l'américain nota l'emploie du passé dans la phrase d'Elinor et il reçut sa remarque comme une gifle monumentale. Elle n'aurait pas pu lui faire plus de mal... cette promesse enfant... pourtant, il y avait crû, longtemps... sauf qu'Isabella était sans aucun doute la femme de la vie de Diego de La Vega. Mais elle était la femme de la fin de ses jours, entre leurs jeunes années partagées ensemble et la fin de leur histoire, Zorro avait épousé de nombreuses femmes... enfant, il n'avait pas été conscient de tout cela, il n'avait vu que la beauté de l'amour qui unissait Diego et Isabella, il n'avait jamais vraiment compris à quel point les années où ils n'étaient qu'amis pouvaient avoir été dur.

A présent... il comprenait un peu plus. Sauf qu'il ne voulait plus être Zorro. Il voulait être Sirius. Et son histoire il ne voulait plus la calquer sur son renard préféré. Eli méritait plus que la fin d'une vie, elle méritait toutes les étapes. Sirius baissa le regard, il n'avait jamais rompu une promesse... et Elizabeth ne méritait pas de souffrir de la sorte... mais est-ce qu'Eli le méritait ? Est-ce qu'il pourrait dire le oui fatidique en sachant pertinemment que quelque part dans l'église se tiendrait Eli, son Eli ? « Ca a toujours été toi. » il se sentit trembler. Tout ce temps perdu, toute cette peine, le méritaient-ils ? Chacun de leur côté ils avaient attendu un signe. « Quand on dormait pas ensemble, je te prenais un tee-shirt pour t'avoir quand même avec moi. Quand je suis sortie avec Seth, c'est parce que j'espérais que ça te ferait réagir. Et si je suis revenue ici... C'était pour toi. » il ferma douloureusement les yeux en l'entendant le dire. C'était donc pour lui... si elle savait comme il avait détesté Seth de pouvoir la toucher comme lui rêvait de le faire... si elle savait comme il avait été jaloux d'imaginer que lui pouvait lui faire l'amour alors que lui devait se contenter de réfréner chacune de ses envies... si elle savait à quel point il avait rêvé ces mots... mais pas dans ce genre de circonstances, pas dans un moment aussi triste. « Tu ne peux pas me dire que je suis la femme la plus merveilleuse que tu aies rencontré puis que pour mon bénéfice on doit préserver une amitié qui a disparu on ne sait où. T'as pas le droit, Sirius. Comment tu peux... me dire que tu m'aimes !? » « Parce que c'est la vérité, c'est ce que je ressens... » tenta-t-il vainement. Puis comme à chaque fois que tout devenait compliquer, Eli partit... sauf que cette fois-ci, elle s'autorisa à se retourner. « C'est toi qui t'es mis avec quelqu'un juste après m'avoir brisée le coeur, c'est toi qui vas te marier ! Ta copine a l'air géniale, au fait. Beaux bébés en perspective. » Sirius serra les poings et il inspira un grand coup, il n'était sans doute pas au mieux de sa forme, mais il savait une chose. Il ne pouvait plus la voir partir, il ne pouvait plus supporter la voir s'éloigner de lui, la voir quitter sa vie... parce que cette fois-ci, s'il ne la retenait pas, il avait le sentiment que ce serait la dernière fois... et il ne pouvait juste pas accepter, pas avec tout ce qu'il avait déjà gâché. « Tu crois que lorsque je suis revenu à New York il y a deux ans j'étais bien Eli ? J'étais brisé, j'étais à ramasser à la petite cuillère et j'étais persuadé à l'époque que tu ne reviendrais pas... et encore moins pour moi, j'avais été un tel idiot... alors... » l'émotion lui étreignit la gorge, replongeant dans ses sentiments noirs qui avait dominé son cœur à cette période peu glorieuse de sa vie. « Je pensais que jamais tu ne pourrais m'aimer... je pensais que tu étais cette femme inaccessible... j'ai bêtement pris ce qui m'était accessible. » finit-il par avouer tout en se passant la main dans les cheveux.

Elizabeth était accessible, souriante, dévolue, elle avait une tonne de qualité... mais aucune qui n'avait réussi à écarter Eli du cœur beaucoup trop épris de Sirius. « Tu sais, nos enfants, je les voyais avec une peau mâte, un peu moins que la tienne à cause de mes gênes, les cheveux bruns foncé et avec des fossettes sur la joue à l'esquisse d'un sourire. » un amour paternel gagna Sirius juste à l'évocation de ce bébé idéal... le bébé de celle qu'il aimait. Un peu d'eux deux. Une détermination sans faille anima son regard, il se rapprocha d'Eli tout en gardant une distance appréciable, ni trop intime, ni hors de porté, elle pouvait aussi bien le toucher que le repousser. « Je ne peux plus arrêter la machine en marche Eli... » il inspira, c'était juste impossible, c'était trop tard. « Je t'aime et j'aimerais tellement t'embrasser » avoua-t-il avec un sourire peiné. « Mais je dois attendre, car je ne veux pas que notre premier baiser sois teinté d'une quelconque tromperie. Je ne sais pas exactement combien de temps ça va me prendre, mais... je ne peux pas épouser Elizabeth... je ne peux plus Eli, pas en sachant que je pourrais t'avoir. Je veux me battre pour toi, pour moi, pour nous. J'ai déjà traversé un océan pour toi. Tu chantes ton amour pour moi dans tes chansons... » ajouta-t-il comprenant enfin les messages derrières les paroles des chansons de la native. « Je ne veux pas une vie pleine de regret pour nous à cause d'une de mes erreurs. Je veux pour nous... tout et plus encore. » dit-il avec fermeté et une conviction qui n'allait pas s'éteindre comme un feu de paille. « Et si je dois passer les mois qui viennent à te convaincre de ça. Je le ferais, jour après jour. Parce que c'est dans tes bras que je veux rester. »

Mon bébé est canon,
super méga torride
et j'espère que tu bug bitch !!!!

_________________
Sirius W. De la Vega

avatar

■ avatar : Andrew Cooper
■ âge : 25 ans
■ emploi : avocat
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: In another life    Dim 22 Mai - 1:21

Elinor aurait pu fuir, refuser d'écouter ce que Sirius avait encore à dire, mais c'était plus fort qu'elle. La voix du jeune homme l'hypnotisait, il la retenait par un simple souffle et elle s'accrochait à ses paroles contre sa propre volonté. « Tu crois que lorsque je suis revenu à New York il y a deux ans j'étais bien Eli ? J'étais brisé, j'étais à ramasser à la petite cuillère et j'étais persuadé à l'époque que tu ne reviendrais pas... et encore moins pour moi, j'avais été un tel idiot... alors... » Suspendue à ses lèvres, le verre serré dans sa main, Elinor aurait voulu être capable de ne rien ressentir à ce moment-là, de juste rejeter et oublier les confessions de Sirius. « Je pensais que jamais tu ne pourrais m'aimer... je pensais que tu étais cette femme inaccessible... j'ai bêtement pris ce qui m'était accessible. » Non, elle ne devait pas se laisser atteindre. Elle devait fuir, tout cela ne menait à rien. Elle se sentait subitement tellement de trop dans la pièce, l'appartement, la vie même de Sirius ! Elle détestait ce qu'elle ressentait : le bonheur d'entendre enfin les révélations de Sirius ne faisait que renforcer le poids qui pesait sur son coeur et nouait douloureusement sa gorge. « Arrête... » murmura-t-elle en serrant les dents, dans un murmure, toujours dos au jeune homme.

Bien sûr, il continua. « Tu sais, nos enfants, je les voyais avec une peau mâte, un peu moins que la tienne à cause de mes gênes, les cheveux bruns foncé et avec des fossettes sur la joue à l'esquisse d'un sourire. » Elinor ne put s'empêcher de laisser un sourire traverser son visage. Avec n'importe qui d'autre, elle aurait trouvé ça terriblement niais : imaginer son mariage, ses futurs enfants, l'idée de l'engagement même était contre les principes qui fondaient le caractère d'Eli. Et pourtant, elle ne pouvait pas s'empêcher de penser aux soirs où, admirant le soleil new-yorkais se coucher sur ses jeunes années, elle se laisser aller à imaginer la vie qu'elle pourrait avoir si elle avouait à Sirius ses sentiments. « Je ne peux plus arrêter la machine en marche Eli... Je t'aime et j'aimerais tellement t'embrasser » Les paupières de la jeune fille se fermèrent en accusant le coup. Si un seul instant elle avait laissé ses impulsions la contrôler, elle se serait retournée pour sceller ses lèvres à celles de son ami d'enfance. Un baiser qu'elle avait imaginé des dizaines des fois sans réussir à mettre le doigt sur la sensation exacte qu'elle ressentirait en le faisant. « Tais-toi... » murmura-t-elle encore en serrant les poings. Peine perdue. « Mais je dois attendre, car je ne veux pas que notre premier baiser sois teinté d'une quelconque tromperie. Je ne sais pas exactement combien de temps ça va me prendre, mais... je ne peux pas épouser Elizabeth... je ne peux plus Eli, pas en sachant que je pourrais t'avoir. Je veux me battre pour toi, pour moi, pour nous. J'ai déjà traversé un océan pour toi. Tu chantes ton amour pour moi dans tes chansons... Je ne veux pas une vie pleine de regret pour nous à cause d'une de mes erreurs. Je veux pour nous... tout et plus encore. Et si je dois passer les mois qui viennent à te convaincre de ça. Je le ferais, jour après jour. Parce que c'est dans tes bras que je veux rester. » Cette fois-ci, Elinor ne pouvait plus se contenir. Et tout ce qu'elle pouvait faire pour s'empêcher de briser la demande même que venait de prononcer Sirius était de cracher encore son venin. « MAIS LA FERME BORDEL ! » cria-t-elle en se retournant, un regard noir teinté de larmes pointé sur le jeune homme. L'echo était sûrement parvenu à la salle à manger mais Eli n'en avait pas grand chose à faire sur le moment.

Lorsqu'elle reprit la parole, ses dents étaient de nouveau serrées comme si elle luttait contre l'envie puérile de simplement lui hurler dessus. « Je t'ai dit de te taire... Je veux pas entendre ça. » réussit-elle à articuler avant que sa gorge ne se noue un peu plus. Quelque chose, ou quelqu'un, sonnait tellement faux dans cette histoire, mais elle n'était pas sûre de vraiment savoir qui des protagonistes du triangle était la mauvaise note qui empêchait la mélodie de continuer. « J'aurais dû savoir que ça ne mènerait à rien quand je suis venue, je voulais juste... savoir pourquoi tu étais venu m'écouter. » Son regard défaillit un instant et elle le fixa sur un point derrière Sirius pour ne pas avoir à le regarder en disant ça, pour qu'il ne discerne pas cette douleur immense qui avait pris possession d'elle. « Tu as... une femme qui t'aime et envers qui tu as un engagement à quelques mètres d'ici. Je t'interdis de briser ça pour... peu importe ce que c'est. C'est trop tard Sirius, et tu nous ferais perdre à tous du temps en voulant aller contre ça. » Elinor n'avait pas tellement de fond fataliste, surtout pas ces derniers temps. Mais il fallait avouer qu'aujourd'hui, la succession d'émotions dans son esprit et son coeur n'avaient pas arrangé son état mental qui la privait de toute pensée cohérente. Elle était juste perdue, touchée et brisée à la fois. Elle sembla vouloir ajouter quelque chose, se résigna et dissuada Sirius de reprendre la parole d'un regard. Sa main fébrile posa le verre qu'elle tenait sur le comptoir le plus proche et, en lançant un dernier regard complètement perdu au jeune homme, elle poussa la porte de la cuisine pour fuir une nouvelle fois, pénétrant en trombe dans une salle à manger où elle attrapa rapidement son sac et le reste de ses affaires, balbutiant un « Désolée, je dois y aller » à Pedro sans lancer un seul regard à Elizabeth, fuyant finalement vers l'extérieur où elle espérait pouvoir enfin avoir de l'air frais.
Elinor Reagan-Williams

avatar

■ avatar : Kina Grannis
■ âge : 23 ans
■ emploi : Chanteuse
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 23

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: In another life    

Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

In another life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Private Pearl :: ✿ New York City :: Manhattan-