Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Strong enough

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: Strong enough   Lun 23 Mai - 0:05

La nuit tombait sur New York qui, comme tous les vendredi, s'apprêtait à subir une soirée éprouvante. Pour les hommes d'affaires, le vendredi était synonyme d'un retour à la maison ; pour les étudiants, c'était l'occasion de faire la fête jusqu'à plus soif ; pour les célébrités, c'était le temps où il fallait revêtir de belles robes et sourire devant les flashs des paparazzis. Dans sa voiture de sport, Elinor enclencha la première et traversa un carrefour qui venait de passer au vert, dépassant rapidement les voitures se trouvant près d'elle pour prendre la tête du cortège. Elle entendit un petit rire sur sa gauche mais ne tourna pas la tête. « Qu'est-ce qu'il y a ? » demanda-t-elle en accélérant encore, ses mains caressant presque son volant. « Rien, j'apprends... je t'apprends. Ton amour pour la vitesse, j'en avais entendu parler par la presse mais enfin, on a déjà parlé de ça... je suis heureux de voir que cette rumeur est avérée. » Un léger sourire traversa ses lèvres mais celui-ci était sans grande conviction. La jeune femme était stressée et son compagnon l'avait senti. Pourtant, alors qu'elle avait toujours préféré être seule lorsqu'elle ne se sentait pas au top, Jensen ne la dérangeait pas. Au contraire, depuis qu'elle l'avait rencontré, elle avait l'impression d'être toujours entourée d'un léger brouillard qui comprimait son cerveau et lui empêchait de penser à ce qui exactement la faisait souffrir. Jensen était un bouc-émissaire, il la détournait de ses problèmes d'une manière que la jeune femme avait du mal à expliquer mais c'était ce dont elle avait besoin.

Arrivée près d'un building qu'Elinor reconnut comme celui auquel elle devait se rendre, elle ralentit et dût patienter un instant avant qu'un majordome ne vienne prendre ses clefs. « Est-ce que t'es sûre que tu veux faire ça ? C'est pas mon monde, Elinor, et... » commença Jensen avant qu'ils ne sortent de l'habitacle. Il ne put cependant continuer, un doigt fin se posant sur ses lèvres pour le faire taire. La native plongea son regard dans le bleu-vert-gris du barman qu'elle fréquentait depuis quelques semaines et lui adressa un sourire confiant. « J'ai besoin que tu sois là, Jensen... Et je suis parfaitement sûre. Si tu le sens pas, on écourtera. » Furtivement, elle laissa leurs lèvres se sceller un instant et lui adressa un regard interrogatif. Il lui répondit par un sourire éclatant et rassurant. « Je tiendrais le coup, si c'est pour la bonne cause. » répliqua-t-il en sortant de la voiture pour attendre qu'elle fasse de même : ça, il l'avait compris dès le premier jour. Sois courtois, mais juste un peu.

Dès qu'elle sortit du véhicule, Elinor fut assaillie par les flashs des paparazzis qui semblaient l'attendre de pied ferme. Habituée, elle revêtit immédiatement un sourire de circonstance et rejoignit Jensen pour entrelacer leurs bras et pénétrer dans l'immeuble, assaillis par les « Mais c'est qui lui ? » des journalistes pris au dépourvu. Il fallait avouer qu'Eli avait été très discrète ces derniers temps ; disparaissant des radars pendant plusieurs jours, elle ne faisait que de brèves apparitions et on n'entendait parler d'elle qu'a travers le biais de ses fans qui se battaient pour assister à l'un de ses concerts presque journaliers. C'était d'ailleurs à l'un d'entre eux qu'elle avait rencontré Jensen : avec son attitude avenante et son sourire mystérieux, il l'avait questionnée sur la nouvelle chanson qu'elle venait de chanter et n'avait pas caché un seul instant qu'il lui plaisait. Elle n'avait pas pris la chose sérieusement, l'utilisant d'abord comme une vulgaire diversion à utilisation unique pour s'empêcher de penser au fait que, dans quelques mois, celui qu'elle aimait allait se faire passer la bague au doigt. Le rapprochement qu'ils avaient effectué par la suite avait été de leur initiative à tous les deux : il ne fallait pas sortir de Harvard pour deviner que derrière ses airs de mauvais garçon et de barman costaud, il était un véritable chiot devant Elinor. Elle ne lui avait pas parlé de Sirius, mentionnant seulement ce qui était nécessaire pour que Jensen arrête de la questionner sur Strong Enough, qu'elle chantait tous les soirs pendant qu'il servait des verres. Dans l'esprit d'Eli, Jensen était un peu comme tombé du ciel, pile au bon moment, la plongeant dans la simplicité alors que ses déboires avec son meilleur ami d'enfance l'obsédaient. Il avait d'abord été un bon amant, et puis ils s'étaient mis à parler. De tout et de rien, Jensen étant le seul à se confier véritablement sans que lui-même n'ose lui demander des précisions sur ce qu'il avait déjà vaguement entendu de la presse.

Lorsqu'ils pénétrèrent dans l'appartement luxueux du dernier étage, la réception avait déjà commencé et elle reconnut quelques grands noms du cinéma parmi les invités. Un producteur avec lequel elle avait travaillé la remarqua et la rejoignit rapidement, engageant la conversation et laissant Jensen de côté. « Je vais te chercher un verre... » murmura-t-il dans son oreille avant d'embrasser son épaule et de disparaître dans la foule. Des fois, la jeune femme se disait qu'elle n'avait pas vraiment de conscience. Elle mentait à Jensen depuis le début et elle sentait parfaitement que le regard qu'il posait sur elle était empli de tendresse et de projets pour eux, alors qu'à chaque instant qu'ils passaient séparés l'image obsédante de Sirius reprenait place dans son esprit. Le dicton "loin des yeux, loin du coeur" n'avait jamais eu autant de sens que ça pour elle, mais lorsqu'elle était avec lui... Elle adhérait. Il était simple, loin des fanfaronnades qui entouraient son métier, et du point de vue d'Eli leur relation était d'une facilité qu'elle recherchait désespérément. Quelques instants plus tard, Jensen revint avec deux verres et le producteur les laissa. Le jeune homme passa une main sur sa taille et l'attira plus près de lui. « Impressionnant. Un journaliste vient de me demander si j'étais ton nouveau jouet sexuel. J'ai un peu bégayé sur la réponse... »

Elinor rit et voulut répondre mais une vision le lui en empêcha. Écarquillant les yeux, elle s'éloigna d'un pas pour essayer d'avoir une confirmation visuelle plus fiable... Et elle ne tarda pas. Quelques mètres plus loin, emportée par une discussion dont Eli ne pouvait saisir le contenu, Elizabeth buvait un verre au bras de... La jeune femme déglutit lorsque son regard remonta le long de la manche du costume de Sirius et lorsqu'elle vit enfin son visage, son coeur se serra. Elle pesta dans un murmure, elle détestait ça. Elle n'était pas une vulgaire adolescente, elle devait contrôler ses émotions. Par réflexe, comme si elle voulait se protéger, elle rejoignit de nouveau les bras de Jensen et tenta de se concentrer uniquement sur lui, sur son visage, ses yeux, son nez, ses lèvres, ses cheveux qu'il avait partiellement difficilement disciplinés. Elle passa ses bras autour de sa nuque, inspira une bouffée de son eau de cologne poivrée et l'embrassa doucement. « J'apprécie le job, ceci dit, ça pourrait être... intéressant. » Elle laissa discrètement sa main passer à l'intérieur du costume du jeune homme pour caresser son torse à travers sa chemise. « Quoi, genre, maintenant ? Ici ? » Elinor hocha la tête en se mordant la lèvre inférieure. Elle savait que Jensen ne la connaissait pas assez pour deviner les signes de la panique et du stress qu'elle ressentait en ce moment et en profitait. Elle aurait fait n'importe quoi pour disparaître du périmètre entourant les futur Mr. et Mrs. De la Vega. « On va sûrement trouver un endroit qui nous conviendra... » chuchota-t-elle avec un regard coquin. Soudain pressé, son compagnon attrapa sa main et l'entraîna vers l'extrémité de la salle mais ils furent interrompus par un tintement de verres. Le silence se fit rapidement dans la salle. « Bienvenue aux derniers retardataires, n'oubliez pas de verser un don en vous rendant sur la terrasse ! Et restez dans le coin parce que j'ai repéré l'arrivée de notre invitée d'honneur - très bien accompagnée si je puis me permettre - qui va nous interpréter sa dernière chanson, Elinor Reagan-Williams ! » s'exclama la maîtresse de maison. Quelques brèves acclamations se firent ressentir dans la foule mais dans un monde de stars, untel ou untel... La plupart ignoraient sûrement même qu'elle avait une voix ; et elle se foutait de leur reconnaissance. A l'entente de son nom, Jensen s'était arrêté et Eli devait voir la vérité en face : avec cette annonce retentissante, il était impossible que Sirius ignore maintenant qu'elle était là.
Elinor Reagan-Williams

avatar

■ avatar : Kina Grannis
■ âge : 23 ans
■ emploi : Chanteuse
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 23

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Strong enough   Lun 23 Mai - 23:32

Sirius se regarda dans son rétroviseur central tout en remettant une mèche de ses cheveux avec indifférence, il n'avait jamais vraiment fait attention à son physique, mais on ne pouvait pas aller à ce genre de soirée sans faire un minimum attention. Plongé dans ses pensées, Elizabeth regardait le décor défilé sous ses yeux avec appréhension. Dans un geste tendre, Sirius lui attrapa la main et il la serra gentiment. La brune se tourna vers lui pour lui sourire légèrement rassurée. Ces derniers temps ensemble n'avait pas été facile, mais il devait avouer qu'ils faisaient une équipe assez solide à présent.

Une fois garé, Sirius sortit de sa voiture de sport, petit pêché qu'il s'était offert tout récemment, son père en était presque aussi gaga que lui et le visage de son oncle Juan et Akshan en la voyant en disait long sur ce qu'ils en avaient pensé. Le plus jeune des De la Vega mâle fit aussi tôt le tour de la voiture pour aller ouvrir à Elizabeth. En sortant, elle lui attrapa la main et ils se regardèrent confiant. Cette soirée était importante pour la carrière de sa fiancée. Et pour lui... aussi en quelque sorte. Ils s'avancèrent discrètement vers les portes de l'entrée sans faire de vague, ils n'étaient pas connus et ils portaient les cordelettes des journalistes autour du cou. Une fois dans l'ascenseur les menant au dernier étage où avait lieu la réception, ils s'avancèrent dans la pièce et saluèrent quelques personnes, Elizabeth fut vite entourée de ses collègues et Sirius s'éclipsa poliment, il avait à faire. Il avait repéré celle qu'il voulait près du bar, il aurait dû s'en douter. Quand il se mit à ses côtés, elle se contenta de le regarder tout en haussant un sourcil amusé et le jugea de la tête au pied. En la voyant faire, il tourna sur lui-même et fit une révérence. La femme éclata de rire avant de l'embrasser sur les deux joues. « Hijo de puta, j'aurais vraiment dû continuer mon élevage de cougar ! Tu aurais pu être à moi à l'heure actuelle ! » geignit la femme en lui ébouriffant les cheveux avant d'attraper une cigarette de son sac. « Où est Monster ? » fut la réponse de Sirius en prenant son propre briquet afin d'allumer la cigarette de la journaliste. « E.T est en retard, comme d'habitude, je ne sais vraiment pas de qui elle tient ça, sans doute son parrain ! » soupira dramatiquement la brune avant de prendre une coupe de champagne et de l'offrir à Sirius. Le brun accepta la boisson et la but à petite gorgée. La femme en voyant son regard insistant le prit par le bras pour les éloigner de toutes les oreilles environnantes. « Sirius... t'es sûr que tu veux vraiment faire ça ? Enfin... ce genre d'affaire est vraiment... médiatique... et je pensais que tu voulais te contenter d'un petit boulot en tant qu'avocat... si tu prends cette affaire en main, tu seras au devant des médias, tu seras interviewé, tu deviendras connus dans le métier et... » « Je sais Andrea, je sais. Mais je pense que rester dans l'ombre de mon frère ne me suffit plus... je vise à... du piment... et je veux être reconnu pour moi, c'est pour ça que j'ai fait appel à toi, tu es la meilleure dans ton domaine et tu le sais et... » « Le petit renard veut devenir un requin. » la lueur qui s'alluma dans les yeux bleus de Sirius fut révélatrice. Andrea eut une sorte de sourire énigmatique sur le coin des lèvres. Elle hocha la tête, et lui sortit de son sac une clé usb qu'elle donna au jeune De la Vega, Andrea Cruz lui pinça la joue avec une lueur remplie de fierté dans les yeux. Cela dit, la Cubaine lui fit un signe de tête pour qu'il regarde vers l'entrée. Monster venait d'arriver, Sirius grimaça à sa vision et la brune lui fit un autre signe de tête, lui intimant de s'éloigner, elle savait, Sirius aurait dû s'en douter, Andrea semblait toujours tout savoir de toute façon.

Le jeune avocat n'hésita pas, affronter Isabella Cruz ne faisait pas partie de ses projets ce soir. Il retourna auprès d'Elizabeth et elle s'appuya naturellement contre lui, Sirius ne suivait pas réellement la discussion que sa chère et tendre avait, il avait bien plus important à suivre, il venait de voir passer une plantureuse serveuse blonde qui attirait irrémédiablement les regards masculins, Sirius lui fit un sourire et elle s'avança vers lui pour lui apporter le plateau de champagne qu'elle portait, Sirius prit machinalement deux coupes sans la lâcher du regard, quand elle partit, elle avait légèrement rougit mais affichait un sourire ravi. Mais son attention fut soudain accaparée par une femme à la voix bien trop aiguës, il grimaça mais à l'entente de son discours il ferma les yeux. Son sourire se fana. Elinor était donc dans cette pièce... et bien accompagnée apparemment... toutes les têtes des invités se tournèrent dans la direction de son amie d'enfance, sa tête à lui ne bougea pas d'un iota.

Il ne voulait pas la voir. Des applaudissements se firent entendre, son visage se ferma. Elle allait chanter. Il ne pouvait pas bouger et il en mourait d'envie. Le regard d'Elizabeth était comme tous les autres tourné dans la direction d'Elinor, il en était persuadé, finalement, sans qu'il ne le voit venir, Elinor le regarda avec un sourire crispé avant d'attraper son visage et l'embrasser passionnément sur les lèvres. Sirius se raccrocha aux lèvres de sa fiancée comme à une bouée de secours. Quand elle s'interrompit finalement, il était sûr que la native était sur scène à présent mais il ne se résignait toujours pas à la regarder. Avec ironie, il se demandait quelle chanson elle allait bien pouvoir interpréter, quelle partie de leur relation elle allait évoquer devant toute cette foule. Finalement, aux premiers accords de guitare, il releva le visage et il regarda la scène sur laquelle elle se tenait et son regard se posa en tout et pour tout trois secondes sur elle... son coeur se serra, sa gorge se noua. C'était trois secondes déjà bien douloureuse, il détourna de nouveau le regard et observa le plafond avec attention.


_________________
Sirius W. De la Vega

avatar

■ avatar : Andrew Cooper
■ âge : 25 ans
■ emploi : avocat
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Strong enough   Mar 24 Mai - 23:08

Bon. La partie de jambes en l'air était bonne pour être reportée. Un léger brouhaha avait repris possession de la salle mais Elinor ne devait pas y voir un "passage à autre chose" : ils l'attendaient juste en passant le temps. Elle fit demi-tour, Jensen toujours pendu autour de sa taille, pour aller saluer en bonne et due forme la maîtresse de soirée, qui la remercia brièvement de sponsoriser sa fête et qui l'invita à commencer au plus vite et ne manqua pas de lancer un regard à celui qui l'accompagnait.

En s'approchant de la scène, Elinor sentit le stress monter en elle. Certes, elle l'avait à chacune de ses représentations mais là... Elle n'essayait même pas de se dépêtrer de cette situation, c'était perdu d'avance. Elle pouvait chanter ses sentiments pour Sirius à n'importe qui ; sauf à lui. Et pourtant... Non, se dit-elle. Elle était juste une chanteuse qui présentait sa nouvelle mélodie, peut-être que si elle se disait ça, qu'elle faisait abstraction de la présence du destinataire de ses paroles... Elle pouvait essayer ; elle n'avait pas d'espoir, elle ignorait absolument comment elle allait réagir si leurs regards se croisaient de nouveau, mais elle devait le faire. Et tenter de sauver les apparences le plus possible pour que cette histoire reste sous leur contrôle - enfin, contrôle, contrôle, tout était relatif. « Vas-y, tu vas être époustouflante. » lui dit doucement Jensen en embrassant ses lèvres, provoquant quelques puérils "ouuh" dans l'assemblée. Lâchant sa main, la brune monta les quelques marches la menant à l'estrade qui lui servirait de scène et enfila la guitare qui l'attendait au-dessus de sa courte robe mauve. Dès que ses doigts touchèrent les cordes, elle reprit un peu d'assurance. Après avoir fait quelques notes pour vérifier que son instrument était accordé, elle entama la mélodie et fut rapidement suivie par les musiciens déjà placés derrière elle. La musique l'emporta rapidement et bientôt, son corps tout entier bougeait en rythme. Lorsqu'elle entama les paroles, elle était dans son monde. « Welcome to the days of wariness, where I'm feeling an echo inside my chest, I've a heart beating impatiently long, waiting for the other half of it's song » Surtout, elle ne devait pas prendre conscience de ce qu'elle chantait. Sa voix était mécanique, sans réel sentiment, mais son public devrait s'en contenter ; elle ne pouvait pas se permettre de faire autrement. « And times have told the ways things come to light, realizing a lack in your will to fight, despite words crying at inconsistencies, as you fall uneasily to your knees, your knees » Son regard tomba sur Jensen qui, quelques pas plus loin seulement, lui lançait un sourire plein de promesses. Néanmoins, lorsque le refrain intervint, ses yeux se fermèrent et elle continua les sourcils froncés. « No, it's not enough, don't touch my hand and call it love if you can't hold it tight tonight, if you're not strong enough » Elinor refusait de s'avouer vaincue et pourtant, sans même regarder Sirius, elle sentait sa présence. Sans même se concentrer sur les paroles, elle savait qu'elles lui étaient adressées. Elle continua sur sa lancée, laissant son regard valser entre les têtes qui se trouvaient devant elle sans jamais se fixer sur un en particulier. « And I'm not blind to what you're doing here, make me feel like I'm special, but my dear, I have seen through a weakness in your eyes. You don't know it, but you're telling me lies, me lies... » La chanteuse baissa la tête un instant et la secoua. Elle se souvenait parfaitement du sentiment qu'elle avait ressenti en écrivant ces paroles, quelques semaines auparavant. C'était bien l'une des seules chansons "agressives" qu'elle ai jamais écrites, loin des sérénades qu'elle avait l'habitude de ne faire qu'à la guitare, mais ça lui correspondait tout autant. En composant ce nouveau morceau, elle était désespérée, cette chanson avait été une sorte de... cure pour elle. Sans se formaliser du rythme ou des rimes, juste en balançant des mots sur le papier, le coeur grand ouvert dans l'espoir d'en faire partir la douleur. « No, it's not enough, don't touch my hand and call it love if you can't hold it tight tonight, if you're not strong enough » Devant elle, même les plus âgés dansaient. Sûrement qu'ils ne devaient pas l'écouter. Cette chanson n'était pas la plus lente mais elle était, selon elle, la plus déchirante. « I thought we'd found a harmony, a perfect match of melodies, but if you listen closely now, I've been singing all alone » Cette fois-ci, la chanson l'avait complètement anéantie. Elle redoutait ces paroles, cette métaphore sur la musique qui, dans un sens, leur allait si bien. Lorsque tous les sons autour d'elle s'arrêtèrent pour ne laisser que la mélodie entêtante de sa guitare, elle ferma les yeux un instant et, en les rouvrant, tomba automatiquement sur Sirius. Incapable de se détacher de lui, elle sentit sa gorge se nouer. « No, it's not enough, don't touch my hand and call it love if you can't hold it tight tonight, if you're not strong enough » Pour de l'émotion, ça en était : sa voix s'était transformée et pour la première fois depuis le début de la chanson, elle sentit que ça sonnait "juste". Ses yeux chocolat ne pouvaient se détourner de Sirius et, pendant un instant, il n'y eut plus qu'eux dans la salle et les paroles prirent toute leur ampleur. Lorsque le refrain reprit, la détresse de sa voix se transforma de manière plus agressive. Elle savait qu'elle ne devait pas se laisser emporter, mais c'était plus fort qu'elle. A croire qu'elle n'avait toujours pas digéré les fiançailles de Sirius. (non, sérieux ?)

Lorsque la chanson s'acheva, un tonnerre d'applaudissement s'éleva dans la salle et l'euphorie dura une bonne minute. Elinor, elle, ne prononça aucun merci, ne dit même aucun mot en reposant sa guitare, osant lancer un dernier regard à Sirius avant de prendre la main de Jensen qui voulait l'aider à descendre de l'estrade. Dès qu'elle fut à la portée de son auditoire, elle fut happée par les compliments et les questions de journalistes. Le bras de Jensen reprit sa place sur la talle de la jeune femme et provoqua un électrochoc à cette dernière qui sourit systématiquement, l'invitant à se frayer un chemin un peu plus loin. Les journalistes étaient insistants et elle entendit plusieurs questions sur son mystérieux compagnon et sur le destinataire de la chanson qu'elle venait de chanter. Elinor se sentait tellement oppressée par ces gens qui voulaient tout savoir ! Prise d'une envie soudaine de s'énerver qui, à vrai dire, devait être liée d'une façon ou d'une autre à sa façon d'assimiler que Sirius venait d'entendre ses pensées les plus profondes, elle poussa quelques personnes sans ménagement. Arrivés à un coin reculé, Jensen resserra sa poigne sur elle et la fit se tourner vers lui. Le regard troublé qu'elle lui lança lui fit froncer les sourcils. « Hey, ça va ? Va prendre l'air un instant sur la terrasse, je te rejoins avec un verre. » C'était comme ça qu'était Jensen, et Elinor se demandait ce qu'il pouvait bien faire avec elle. Il était attentionné, patient et il la calmait sans même lui demander la cause de son énervement. Soupirant pour tenter de faire évacuer le poids qu'elle avait dans le coeur, elle hocha doucement la tête et le jeune homme embrassa tendrement son front alors qu'elle lui murmurait un « Merci » auquel il répondit par un clin d'oeil avant de disparaître dans la foule.

Dès qu'elle fut seule, l'envie d'air frais devint pressante et elle se dirigea tête baissée jusqu'à l'extérieur, snobant royalement l'hôtesse chargée de récolter les dons pour la soirée. Ignorant également les quelques personnalités déjà réunies dans ce havre de paix au-dessus de la ville, elle se dirigea immédiatement vers le fond de la terrasse et y appuya ses coudes pour observer la nuit.
Elinor Reagan-Williams

avatar

■ avatar : Kina Grannis
■ âge : 23 ans
■ emploi : Chanteuse
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 23

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Strong enough   Mer 25 Mai - 1:19

Les derniers mois avaient été dur de façon général. Chaque rencontre avec Elinor avait signé le début à chaque fois de période de changements chez Sirius. Et leur dernière rencontre c'était si mal finie que Sirius avait tenté de tourner une page de sa vie.

Il s'était d'abord jeté corps et âme dans le boulot dans un premier temps avant que tout ne l'énerve, ne le satisfasse plus, ni de près, ni de loin. Il avait alors dépenser son argent, après tout, il était l'héritier de deux grosses familles, enfin, d'après ses parents, lui avait toujours trouvé son existence normale. Soit, c'est à cause de cette folie dépensière qu'il s'était retrouvé avec une nouvelle voiture, plein de nouveaux costumes, il avait même demandé à son père de devenir un des actionnaires de l'Awesome afin d'occuper son temps. Il faisait tout et n'importe quoi pour se changer les idées... mais il suffisait qu'il mette la télé, qu'il écoute la radio, qu'il regarde les affiches de sa ville pour qu'il la voit. Alors une colère grondante avait pris place dans son cœur, petit à petit, il avait voulu... mettre ça derrière lui et sa voix était là pour le narguer qu'il n'arriverait jamais à lui échapper. Il se sentait comme pris dans un piège et il avait à peine la force de tenter de s'en sortir.

Alors il avait fait la chose la plus naturelle à ses yeux : il était retourné auprès de James, son artiste de petit frère. Diego était trop rangé, Fred aussi, ils n'auraient pas compris, ils ne l'auraient pas suivi dans des sorties alcoolisés et destructrices. James si, James avec qui il avait partagé un appartement à New York, James avec qui il avait pu être libre comme jamais, James qui ne le jugeait pas quand il sortait sa guitare au lieu d'étudier ses manuels d'avocat, James qui était le seul devant qui Sirius acceptait de craquer. Lors de ses soirées, il se sentait vivant, il se sentait puissant, en dansant, fumant, buvant, il avait l'impression de retrouver sa fierté, son honneur qu'on lui avait volé... il avait enfin l'impression de pouvoir vivre... sans que personne n'attende de lui un comportement bien précis. Et c'est ainsi qu'il était retombé sur Isabella Cruz. Et au fil du temps, ils s'étaient retrouvés de plus en plus, partageant le même cercle d'amis et c'est ainsi qu'il avait rencontré Joan, une amie journaliste d'Isabella. Enfin, journaliste, c'était vite dit, les deux Cruz s'étaient lancées dans la presse à scandale, branche dénigré par les journalistes très classique comme sa fiancée. Joan adorait les scoop, les gros dossiers sur les stars qu'elle s'amusait à ridiculiser dans ses articles. Cette femme rousse l'avait séduite après deux phrases. Après la deuxième soirée passée auprès de Joan, il avait couché avec... juste pour ne plus être ce gentil garçon que tout le monde disait. Être gentil ne menait à rien, on finissait toujours avec le cœur brisé. Ou alors on vous laissait toujours pour partir à l'autre bout du monde. Au final, la personne qui avait dit qu'on ne choisissait jamais les gentils garçons avaient raisons. Alors Sirius avait arrêté de faire des efforts, il n'avait plus personne à impressionner, il n'avait plus personne à qui prouver sa valeur. En avait-il encore une de toute façon ? Il avait l'impression de tellement changer... et si jamais ses parents venaient à apprendre ce qu'il avait fait avec Joan... si ses frères et sœurs devinaient... il secoua la tête, il ne voulait pas y penser, au final, ça ne regardait personne... hormis lui & Joan. Et bien que James et Isabella ne soient pas heureux de ça, ils devaient partager son secret et le garder. Enfin, Isa tentait tout de même de le gronder dès qu'elle le pouvait... quand il retromperait Elizabeth la prochaine fois, il se jura de ne plus prendre d'amie d'Isa, ça lui éviterait des ennuis inutiles.

Oui, il avait changé, son boulot ne l'avait plus intéressé de la même façon, et il s'était mis à s'intéresser à de nouvelles affaires au plus grand plaisir d'Elizabeth qui voulait que tout New York reconnaisse son fiancé, qu'il soit vu comme autre chose que le défenseur des causes perdues. En voyant le sourire satisfait de sa fiancée quand il lui avait annoncé qu'il allait s'arranger pour faire gagner une femme contre son mari sénateur lors d'un divorce avec la preuve de l'adultère de l'homme en question, il avait compris qu'Elizabeth était ambitieuse... et que son ambition voulait la mener plus loin, plus haut et que le chemin qu'empruntait Sirius n'était pas pour lui déplaire. Ce soir, grâce à Andrea, le jeune homme venait d'ailleurs d'obtenir des vidéo et des photo compromettantes de l'homme. Quel idiot filmait ses ébats franchement ? Il allait gagner et on allait parler de lui... dans les journaux au moins, peut-être même à la télé... et il pourrait faire vivre à moindre échelle à Eli ce qu'elle lui faisait quotidiennement. Aussi puéril que cela puisse être, c'était dans ce but-là qu'il avait fait tout ça.

Et dire que ce soir, il se tenait dans cette même pièce qu'elle, mais qu'elle ne pouvait pas l'avoir vu... lui ne pouvait pas l'ignorer, mais avec toute cette foule, il était impossible qu'elle l'ait remarquée, ça le tuait, lui ne pouvait l'éviter et elle, elle avait si facile d'ignorer son existence... il écouta la chanson, il n'entendait pas la rythme, il n'entendait que les paroles qui lui donnait envie de juste prendre le premier truc qui venait pour tout démolir, cette colère qui l'habitait depuis qu'elle avait une nouvelle fois tourné le dos sur eux ne demandait qu'à sortir... la serveuse blonde passa, il reprit une coupe de champagne qu'il but rapidement. L'alcool, son nouveau pêché, avec, il avait l'impression qu'il pouvait oublier les choses, oublier qu'il avait perdu celle qu'il aimait plus que tout par exemple.

Finalement, alors que la musique ralentissait, le regard d'Eli tomba sur lui... est-ce que c'était possible ? Est-ce qu'elle avait pu le voir ? A cette simple pensée, il eut un sourire avant de grimacer... ça ne devait plus le rendre heureux... les paroles qu'elle prononça finalement droit dans ses yeux le chamboulèrent plus qu'il ne l'était permis. Il voulait partir. Dire à Elizabeth qu'il allait rejoindre James et partir immédiatement. Mais à la place il garda le silence et ses poings se serrèrent, une fois que sa voix s'arrêta, il fut incapable de reprendre pied avec la réalité, il se détestait de lui laisser avoir encore tant d'emprise sur lui... alors à la place de partir de l'endroit, il s'échappa vers la terrasse en prétextant à Elizabeth qu'il allait déposer un don... une fois dehors, il inspira l'air de la nuit, il se sentait un peu moins... coincé, l'air lui faisait du bien... mais penser qu'elle était là, à l'intérieure de cette pièce, le chamboulait. Alors il se trouva un coin sombre de la terrasse, il sortit son chéquier et inscrivit son nom. Sirius Luis Akshan Whiskey De la Vega, un nom trop long mais qui lui laissait au moins le temps de réfléchir lorsqu'il écrivait. Une fois le chèque signé, il le fourra dans la poche intérieure de son costume où il remit aussi son bic, il sortit d'une autre poche son paquet de cigarette et évidemment, son briquet fut introuvable... il ferma les yeux. Il l'avait passé à Andrea mais ne l'avait pas repris. Il eut un sourire ironique, il déposa sa cigarette à son oreille, il espérait trouver un fumeur dehors, il n'avait pas envie de croiser par inadvertance Eli s'il rentrait... et c'est sur cette pensée qu'il alla dans un coin plus lumineux... sauf qu'évidemment, il tomba sur Eli après avoir fait en tout et pour tout dix pas. Il se mit à rigoler de façon cynique. Évidemment. Il regarde le ciel. Sa bonne étoile devait être au repos ou quelque chose du genre. Ou lui porter la poisse, l'avoir nommé d'après une constellation ne lui avait pas porté chance apparemment. D'un ton enjoué il salua Elinor. « Salut Elinor. Enfin, si je peux encore t'appeler par ton prénom. Tu n'es pas à l'intérieure ? Tu sais, pour signer quelques autographes ? Interpréter une autre magnifique chanson à la foule en ébahissement devant ta voix ? Ou sous les flash des autographes, ce serait triste de rater une nouvelle occasion d'être en première page quand même ! » ironisa-t-il tout en se passant la main dans les cheveux, il était peut-être un peu plus loin qu'il ne le pensait en fait, il sourit bêtement à cette pensée.

Puis de toute façon, quitte à lui parler, autant le faire avec détachement non ? Autant ne pas aborder de sujet qui fâche et où elle serait obligée de partir encore sans se retourner une nouvelle fois en le laissant comme un crétin derrière. Peut-être que cette soirée signait leur première soirée où ils pouvaient juste... ne rien prendre trop personnellement.

_________________
Sirius W. De la Vega

avatar

■ avatar : Andrew Cooper
■ âge : 25 ans
■ emploi : avocat
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Strong enough   Lun 30 Mai - 1:00

Ca faisait un long moment qu'Elinor n'avait pas pris le temps d'amirer la magnifique ville qu'était New York. Ces rues l'avaient vu grandir et durant son exil en Europe, son ambiance lui avait terriblement manqué. La lancinante alarme d'un camion de pompiers trancha dans le silence que la hauteur imposait et la jeune fille sourit ; la même alarme qui avait bercé les nuits de son enfance. C'était étrange de s'attacher autant à de petits détails, surtout lorsqu'ils étaient si dérangeants pour certains, mais elle trouvait ce son rassurant parce qu'elle l'associait à son foyer.

« Salut Elinor. Enfin, si je peux encore t'appeler par ton prénom. » La jeune femme sursauta légèrement mais ne se retourna pas. Bien sûr, elle avait identifié le timbre de la voix de Sirius à l'instant où il avait prononcé son premier mot. « Tu n'es pas à l'intérieur ? Tu sais, pour signer quelques autographes ? Interpréter une autre magnifique chanson à la foule en ébahissement devant ta voix ? Ou sous les flash des autographes, ce serait triste de rater une nouvelle occasion d'être en première page quand même ! » Les sourcils de la jeune femme se levèrent un instant mais elle attendit avant de faire un quelconque mouvement. Elle était déjà assez étonnée qu'il soit venu lui parler, que devait-elle exactement comprendre dans ce qu'il venait de prononcer ? Déjà qu'elle avait lutté pour ne pas imaginer de confrontation, elle ne s'était vraiment pas attendue à ça. Surtout qu'il connaissait parfaitement sa pensée profonde sur les médias qui pouvaient s'intéresser à elle pour de mauvaises raisons.

Lorsqu'elle se tourna finalement vers lui, elle ne bougea que la tête pour observer sa silhouette. Encore plus classe que la première fois qu'elle l'avait revu à New York, elle papillonna des yeux un instant avant de reporter son regard sur la rue en contrebas. Apparemment, elle n'avait pas eu ce qu'elle voulait ; c'était bien la première fois qu'en le regardant, elle avait été incapable de déchiffrer ce qu'il pouvait bien penser ou ressentir. Encore un signe que le fossé qui s'était créé entre eux s'élargissait.

La jeune femme se redressa et s'éloigna de la barrière pour faire face à Sirius. Le regard troublé, elle haussa brièvement les épaules avant de laisser leurs yeux se heurter. « Du sarcasme, aussi tôt dans la soirée ? J'en déduis que tu n'as pas aimé ma chanson... » dit-elle finalement, mi-moqueuse mi-sérieuse. Elle croisa ses bras sur sa poitrine et resta un instant silencieuse, remarquant la cigarette à l'oreille du jeune homme. Si elle pouvait... Elle n'hésita qu'à peine, et ce ne fut qu'un effleurement. En un instant, elle avait franchi la distance qui les séparait et avait fait glisser la cigarette derrière l'oreille du jeune homme pour la récupérer entre ses doigts, effleurant brièvement sa nuque au passage. C'était risqué et irréfléchi mais il avait commencé à l'être en premier. Reculant d'un pas, elle sortit de la pochette qui l'accompagnait un briquet avec lequel elle alluma la cigarette. Pendant un court moment, elle avait même lancé un regard espiègle au jeune homme à travers la flamme qui les séparait avant de se rendre compte que cette partie d'eux était dépassée.

Elle resta silencieuse en tirant les deux premières taffes ; elle était loin d'être une fumeuse quotidienne mais parfois, le besoin se faisait juste ressentir. Un calumet aurait sûrement pu être plus appréciable mais ses années parisiennes semblaient bien loin derrière elle. Elle observa la fraise de la cigarette se consumer au bout de ses doigts un instant avant de tendre la cigarette à Sirius en déclarant simplement « Je suis pas là pour me battre, De la Vega, je — » « Eli ?! » entendit-elle à l'autre bout de la terrasse. Tournant la tête, elle leva un bras en le secouant brièvement. « Ici ! » répondit-elle automatiquement en distinguant la silhouette de Jensen. Celui-ci s'approcha rapidement, deux verres de champagne à la main et un sourire enjôleur collé sur les lèvres. Il déposa un léger baiser au coin de ses lèvres et lui tendit un verre.

Here it comes... Elle y avait pensé, n'est-ce pas ? Au moment où Sirius la verrait avec Jensen, où elle lui montrerait qu'elle n'était pas si bouleversée que ça. Sauver les apparences, c'était tout ce qu'elle savait faire. Devant les médias, devant lui, devant sa famille, devant Jensen, devant son propre reflet, elle se disait que tout allait bien alors que son coeur hurlait, déchirant, à la trahison. Car c'était ce qu'il fallait faire, non ? Tourner la page, passer à autre chose, guérir. La chanson en avait fait partie, elle y avait placé tous les souvenirs de leur rencontre dans la cuisine des De la Vega en espérant qu'ainsi, ils y resteraient & ne la hanteraient plus. Et puis Jensen était arrivé, avec sa douceur et son corps de rêve. Il avait occupé son esprit, lui avait changé les idées, lui qui était si éloigné de ce qu'elle avait eu l'habitude de connaître toute sa vie.

En se retournant vers Sirius, elle avait repris le masque qui la caractérisait tant dans les situations officielles ; un sourire enjoué et une attitude faussement décontractée. « Jensen, laisse-moi te présenter Sirius, mon... grand ami d'enfance. » Elle avait failli échapper un "mon meilleur ami"... Quel anachronisme. « Sirius, Jensen, mon petit ami. » En terminant sa phrase, la jeune femme adressa un sourire pincé à Sirius, indécise quand à l'attitude à adopter.

Etrangement, ce fut Jensen qui intervint. Naturellement, il tendit la seconde coupe de champagne à Sirius. « Enchanté, et désolé, je savais pas qu'il y aurait quelqu'un d'autre. » Les yeux d'Elinor s'élargirent un instant. Il n'aurait pas pu mieux définir la situation, et il n'en avait même pas connaissance. « Prenez mon verre, je partagerais avec Eli. De toute façon, elle conduit. » continua Jensen en glissant un regard sur elle.

C'pas super mais bon, dure journée, t'es au courant ~

Elinor Reagan-Williams

avatar

■ avatar : Kina Grannis
■ âge : 23 ans
■ emploi : Chanteuse
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 23

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Strong enough   Ven 10 Juin - 19:47

Cette femme était surprenante, il n'avait rien d'autres à dire là-dessus, à chaque fois qu'il la voyait, elle le déboussolait, elle... le retournait et il n'arrivait pas à exactement comprendre comment il devait se sentir. Il était allé la voir pour Dieu seul quelle raison, mais il aurait tout misé sur le masochisme ou quelque chose du genre, et après avoir lancé la conversation sur un ton tellement légué par rapport aux fois précédentes, elle était... inaccessible comme jamais elle l'avait été avec lui, il avait ce sentiment de ne plus être dans le même monde qu'elle alors... qu'ils avaient toujours graviter ensemble. Elle était comme sa Terre et lui était sa lune, ou le contraire, l'important et qu'ils avaient toujours été indissociable.

Et là, en la voyant si distante, il comprit finalement que tout ce temps était résolu, derrière eux, dans un passé qu'il allait regretter sans doute le restant de ses jours. Il leva les yeux au ciel, il aurait aimé voir Sirius. Ou n'importe quoi qui l'aurait aidé à se sentir un peu mieux, qui ne lui aurait pas donné ce sentiment profond qu'il n'était pas à sa place, qu'il ne devait plus lui parler. Finalement, elle se tourna complètement vers lui, se mettant face à lui pour l'affronter du regard, Sirius ne recula pas, il ne papillonna pas des yeux, son regard était fixe, blessé sans aucun doute, mais aussi déterminé en un sens, qu'avait-il d'autres à perdre avec elle ? « Du sarcasme, aussi tôt dans la soirée ? J'en déduis que tu n'as pas aimé ma chanson... » Sirius laisse un rire amer s'échapper de sa gorge, sa chanson... il secoua la tête avant d'hausser les épaules, que pouvait il répondre à ça ? Il garda donc obstinément le silence sans pour autant bouger, il n'avait pas besoin de le faire, il savait qu'aussi tôt il l’ennuierait, elle partirait, elle était très douée pour ça, une vraie pro.

Cela dit, elle ne reste pas statique comme lui, elle s'approcha de lui, prenant sa cigarette et lui touchant par inadvertance le cou, il sentit un frisson se répondre dans son être sans détacher son regard du visage d'Elinor, il était complètement électriser par ce simple touché. Il avait envie d'avancer, de lui caresser la joue, de lui toucher le bras, il avait soif d'un simple contact mais il se retint, il ferma juste les yeux, gardant les bras ballant le long de son corps et ses mâchoires se contractèrent, elle le torturait sans même se rendre compte de l'impacte qu'elle avait sur lui. Quand il réouvrit finalement les yeux, le cœur battant moins vite, il la vit allumer avec négligence sa cigarette et elle avait un sourire espiègle qu'il connaissait tellement. Inconsciemment, il y répondit simplement. Avant qu'ils se rendent compte plus ou moins en même temps que dans leur relation actuelle, cela n'était plus vraiment permis.

Finalement, au bout de deux taffes, elle lui tendit sa cigarette qu'il prit du bout des doigts, Eli s'était mise à parler en effectuant son geste. « Je suis pas là pour me battre, De la Vega, je — » « Eli ?! » Sirius tourna son visage vers celui qui venait d'appeler son amie d'enfance. Il se redressa légèrement et remit sa cravate en place dans un geste de défense, c'était plus fort que lui.

Il observa cet homme des pieds à la tête, il était... beau... Sirius grimaça. Le genre musclé a l'air nounours. Le genre de Rosalie, pensa aussi tôt Sirius, moins celui d'Elinor. Mais ça il le pensait plus par mauvaise foi. « Ici ! » répondit Elinor en secouant le bras dans la direction du bellâtre. Ne pas grimacer. Ne pas grimacer. Trop tard. Il effaça cette expression de son visage avant qu'Elinor ne se retourne de nouveau vers lui pour lui sortir un sourire éclatant. Il nota tout de même le changement de position d'Elinor, plus décontractée, un air plus enjouée. Heureusement qu'elle chantait, elle était vraiment mauvaise comédienne, ou c'était lui qui comprenait trop bien son jeu. « Jensen, laisse-moi te présenter Sirius, mon... grand ami d'enfance. Sirius, Jensen, mon petit ami. » Sirius accusa la gifle qu'il venait de se prendre le mieux qu'il pouvait. Elle avait présenté Sirius à Jensen. On présentait toujours en premier celui qui comptait le plus. Son sourire était toujours présent, mais la douleur dans ses yeux étaient vives. Il secoua la tête et regarda Jensen avec indifférence, si son regard se portait sur Eli à cet instant, il y aurait trop de sentiments contradictoire. Le gars lui tendit une coupe de champagne, Sirius fut heureux pour la peine d'avoir quelque chose en main, puis il se rappela sa cigarette... elle était complètement consumée. R-i-d-i-c-u-le, il était ridicule. « Enchanté, et désolé, je savais pas qu'il y aurait quelqu'un d'autre. Prenez mon verre, je partagerais avec Eli. De toute façon, elle conduit. » « Pas grave, je ne devais pas être là à la base, enfin, je suis juste ici pour ma fiancée. » finit-il par dire avec détachement tout en buvant une gorgée de sa nouvelle coupe. Il aurait voulu se noyer dedans, dans l'alcool, dans une fête ailleurs qu'ici avec tous ces gens coincés, dans ce monde qui était le sien, cravates, costumes, bonne tenue... c'était barbant. « Et Eli conduit toujours, elle ne laisserait jamais personne conduire à sa place. C'est une femme qui aime prendre des décisions, mais ça, tu dois déjà l'avoir remarqué, Jansen. » ajouta-t-il en déformant exprès le prénom du type avec un sourire innocent. Il le détestait, il n'avait aucunement envie de faire un effort. Puis Jensen c'était moche, Jansen c'était mieux.

_________________
Sirius W. De la Vega

avatar

■ avatar : Andrew Cooper
■ âge : 25 ans
■ emploi : avocat
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Strong enough   

Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Strong enough

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Private Pearl :: ✿ New York City :: Manhattan-