Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 dum dum dum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: dum dum dum   Dim 14 Aoû - 23:51

Battement de paupières. Les cils se refermèrent rapidement, protégeant leur trésor du soleil qui avait abondamment envahi la chambre, l'emplissant d'une douce chaleur estivale. Le corps seulement à moitié couvert par un drap fin, Elinor Reagan-Williams émergea finalement du brouillard que le sommeil avait semé dans son esprit. Et comme tous les matins, sa première pensée lui compressa le coeur. Cinquante trois ; cinquante trois jours qu'elle avait perdu Sirius. Et chaque matin, ce fardeau reprenait sa place sur ses épaules comme s'il ne les avait jamais quittées. Bien sûr, il ne lui fallut qu'un instant avant qu'un soupir empli de tristesse évacue ce poids, mais elle savait bien qu'il allait revenir. Elle ouvrit de nouveau les yeux, tourna la tête sur le côté pour s'assurer que Jensen était toujours endormi près d'elle. Sans un bruit et avec la plus grande délicatesse dont elle était capable, elle posa les pieds sur le sol et se redressa avant de se lever à la recherche des vêtements éparpillés la veille dans l'appartement de son petit ami. Elle avait tout juste eu le temps d’agrafer son soutien-gorge et de remonter son short en jean sans le refermer avant qu'un grognement fatigué ne lui parvienne de derrière elle. Lorsqu'elle fit silencieusement volte face, elle tomba immédiatement sur les yeux ouverts de Jensen qui la regardaient avec une pointe de cynisme dans le regard. Il ferma les yeux, soupira et ajusta sa position comme s'il s'apprêtait à se rendormir. « Tu recommences... » grommela-t-il sans bouger. Elinor resta interdite un instant, aussi immobile que son compagnon, avant de repérer son tee-shirt et de l'enfiler avec précipitation. « J'ai rendez-vous. » dit-elle en parcourant la chambre du regard à la recherche de son téléphone. « Tu as toujours rendez-vous... » répliqua Jensen. La brune ne lui répondit pas mais son silence en disait beaucoup, autant pour elle que pour lui. « Alors j'ai parlé dans le vide, hier ? » Nouveau silence. La veille, il avait dû lui tendre un guet-apens pour qu'elle accepte d'avoir cette discussion qu'elle semblait éviter depuis des jours. D'ailleurs, même si il avait pu exposer ses arguments, Elinor avait écourté le stratagème à l'aide de ses charmes, gagnant encore un peu de temps. « J'ai besoin d'espace, Jensen... C'est trop tôt. » C'était cash ; elle ne l'avait pas regardé en lui parlant. Revenant au pied du lit pour attraper son sac, elle fut interrompue une nouvelle fois par une remarque du barman. « Il y a autre chose, Eli... Je commence à te connaître. » dit-il en cherchant son regard. Lorsqu'elle croisa les deux yeux chocolats habituellement brillants de malice tourner à l'orage, il appuya son discours d'un geste vague de la main. « Tu vois ? Tu fais toujours ça quand je touche un point sensible. » Comme s'il prenait soudain conscience qu'il avait un corps, il se redressa et se glissa jusqu'au bout du lit pour attraper les hanches de la jeune femme et embrasser son ventre à travers son large tee-shirt. « Tu vis déjà pratiquement ici, tu as des fringues, et ton thé préféré, et même le canapé a ton odeur. Je me souviens t'avoir entendu dire que tu adorais cet appart. » Pour son apparence rustique, oui ! Elle trouvait ça dépaysant, changeant, elle avait l'impression de se retrouver dans l'un de ces minuscules lofts parisiens où elle avait l'habitude de faire la fête. Elle baissa les yeux vers son amant, laissant machinalement sa main se perdre dans ses cheveux. « Je vais être en retard. » déclara-t-elle subitement en se détachant du jeune homme. Elle savait qu'ils allaient devoir en reparler, qu'il ne lâcherait pas le morceau tant qu'il n'aurait pas eu une réponse. Elle détestait ça... Sa demande d'emménager avec lui avait des airs d'ultimatum, et au vu de l'attitude de Jensen ces dernières semaines, il se doutait que quelque chose la tracassait et la faisait douter, quelque chose qu'elle lui cachait alors que lui s'était totalement ouvert à elle, et il comptait bien y mettre un terme. Dans tous les couples lambda, il y en avait un des deux qui aimait plus l'autre que celui-ci : apparemment, Jensen n'appréciait pas la place qu'il occupait dans le sien. Déposant un baiser sur la joue du jeune homme, elle fila finalement comme une voleuse avec la police aux trousses.

En conduisant, elle se surprit à tapoter nerveusement sur le volant de sa voiture. Elle était loin d'être concentrée sur la route mais elle laissait ses instincts la guider pendant que son esprit préoccupé vagabondait d'un problème à un autre. Dans d'autres circonstances, Elinor aurait sûrement envoyé bouler Jensen, elle avait toujours été particulièrement indépendante et elle ne s'en cachait absolument pas. Le monde entier était au courant de ce qu'il était advenu des hommes qui avaient tenté de l'enchaîner dans une relation sérieuse. Elle aurait très bien pu faire la même chose avec son petit ami actuel, elle n'avait pas pour habitude de mâcher ses mots ou cacher ce qu'elle pensait mais, depuis quelque temps, ce nouveau trait de caractère semblait être ancré dans son esprit ; parce que pour la première fois de sa vie, elle avait l'impression d'être incapable de supporter cette solitude qu'elle avait elle-même recherchée. Alors qu'elle aurait du tourner sur Park Avenue pour rejoindre sa petite soeur pour un café, elle tourna un instant dans l'enchevêtrement de rues & d'avenues que constituait la Grosse Pomme avant de se rendre compte qu'elle se dirigeait presque malgré elle vers Alphabet City. C'était une option qu'elle n'avait jusqu'alors pas osé considérer, torturée par l'absence de Sirius. Elle le voyait toujours, elle avait même échangé des civilités avec lui une semaine auparavant alors qu'elle était venue visiter Rosalie chez les De La Vega. Pourtant, même la conversation était brisée entre eux, sans qu'elle soit réellement capable de définir la cause de cette inconfortabilité qu'elle ressentait lorsqu'elle était en sa présence. C'était comme si leurs vies s'étaient écartées l'une de l'autre, comme si ils n'avaient plus rien à faire ensemble. Ca brisait littéralement le coeur d'Elinor, à n'en pas douter. Tellement que, depuis la rencontre houleuse qui avait opposée Sirius et Jensen, elle n'avait cessé de s'accrocher impulsivement à ce dernier pour tenter d'oublier le premier. Après tout, n'étais-ce pas ce qu'elle devait faire ? Laisser la vie l'emporter comme elle l'avait fait pour Sirius, qui devait être en train de préparer son mariage ?

Et puis soudain, tout lui parut évident. Bien sûr, que c'était ce qu'elle devait faire, même si elle s'en sentait incapable. C'était tellement ambigu, tellement flou entre Sirius et elle qu'elle ne savait même pas par où commencer pour effacer tous les souvenirs d'eux qui d'ordinaire la remplissaient d'une euphorie nostalgique. Pourtant, elle le devait ; elle pouvait au moins essayer d'y attacher moins d'importance. Ce serait impossible tant qu'elle n'aurait pas parlé à Sirius, son inconscient l'y avait mené et elle devait obéir à son intuition. Aimer Sirius, c'était comme d'être enchaînée à sa pensée et elle détestait ça, elle détestait le savoir dans les bras d'une autre, elle détestait l'idée d'avoir loupé le coche, d'avoir délaissé le jeune homme en le considérant comme acquis alors qu'il ne l'avait pas attendue. Elle n'arrivait tout simplement pas à y croire, et pourtant elle le devait. Ses pas la guidèrent maladroitement jusqu'à l'immeuble du jeune homme, cherchant fébrilement son nom sur la plaque de l'interphone. Elle n'eut pas le temps d'appuyer où que ce soit avant qu'un grand noir baraqué n'ouvre la porte pour venir à sa rencontre. Il lui demandait poliment ce qu'elle désirait et elle prétexta être une amie des De La Vega (ce qui n'était pas faux, même si elle avait la terrible sensation de se faire passer pour quelqu'un d'autre). Il ne tarda pas à reconnaître la célébrité qu'elle était, s'inclinant pour lui indiquer le bon appartement.

Et elle fut finalement devant. Sa conviction était tombée aussi rapidement qu'elle était montée, et elle resta un long moment devant la porte à se demander ce qu'elle allait bien pouvoir dire à son ancien meilleur ami. Pire, et si c'était sa fiancée qui répondait ? Quelle excuse pourrait-elle avoir, elle qui avait jusqu'à présent été si désagréable face à la journaliste ? Elle pensa même à rebrousser chemin, mais à peine avait-elle fait un pas que l'image de Sirius la hantait de plus belle. Elle ne pouvait pas y échapper, son esprit le lui empêchait et son corps semblait prêt à suivre le mouvement. Si elle voulait pouvoir tourner la page (et, à vrai dire, elle n'y tenait pas, mais elle ne pouvait régler qu'un problème à la fois), elle devait s'assurer que Sirius l'avait également fait. Prenant son courage à deux mains, elle tapa rapidement deux coups peut-être un peu trop énergiques du poing, toujours pas décidée sur la façon dont elle allait bien pouvoir faire face à cette nouvelle confrontation.
Elinor Reagan-Williams

avatar

■ avatar : Kina Grannis
■ âge : 23 ans
■ emploi : Chanteuse
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 23

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dum dum dum   Lun 15 Aoû - 0:59

C'est la douce sonnerie de son cellphone qui sortit Sirius du brouillard. Instinctivement, il grogna et il ouvrit difficilement un œil avant de constater que la place de Lizzie était inoccupée et froide, apparemment, sa promise était partie travailler de bonheur, l'homme tâtonna sa commode à la recherche de l'objet qui venait de le sortir de son doux rêve dont les souvenirs s'échappaient déjà. « Quoi ? » grogna-t-il en continuant de se frotter les yeux. « Oh, monsieur est d'excellente humeur, génial ! J'ai tellement de la chance de tomber sur toi alors que tu m'as demandée de te réveiller ! » le ton ironique de la voix de son interlocutrice ne le trompa pas, et même s'il ne pouvait la voir, il devinait sa posture indignée avec facilité. Il sourit juste en l'imaginant, c'était étrange, leur lien l'avait toujours été, mais au simple son de la voix de sa jumelle, il devinait beaucoup plus que tous les autres. « Pardon Sofia » se reprit alors Sirius en se redressant à moitié dans son lit pour se passer la main dans les cheveux et se mettre à bailler sans pouvoir se contrôler. « C'est gentil de m'avoir réveillé, tu es tellement un amour ! » « Apprends-moi quelque chose que je ne sais pas. » Sirius roula des yeux, l'arrogance de sa sœur l'étonnait parfois encore. Un truc de famille... « Je ne répondrai rien à ta dernière phrase mais merci d'avoir fait l'effort de réveiller l'homme difficile que je suis le matin. Je passe te dire bonjour ce soir sœurette donc chasse toutes traces de passage d'hommes et change de draps. » Sofia éclata de son rire cristallin avant de raccrocher.

Sirius se décida à se lever et il s'étira comme un chat. Aujourd'hui était... une journée de repos... mais juste en apparence. Il avait ramené le boulot à la maison, il avait demandé à son patron de pouvoir tout gérer chez lui cette semaine pour pouvoir travailler plus tard en soirée et il s'était plus au moins fait à l'idée de dormir 4 heures par nuit. Il était mort de fatigue mais son meilleur ami le café l'aidait à tenir tout le reste du temps. En contrepartie, il avait l'impression d'à peine voir se fiancée, elle se levait un peu après qu'il vienne se coucher et ils s’apercevaient le reste du temps... ce qui était assez étrange alors qu'ils habitaient désormais ensemble. Mais c'était provisoire et il avait prévu de l'emmener au restaurant à la fin de cette affaire. Du coup, comme il n'était pas le genre d'hommes à savoir se réveiller à l'aide d'un quelconque objet, il avait chargé sa jumelle de le réveiller tous les jours à partir de 9 heures.

Sirius commença donc sa journée en allant dans la cuisine pour faire couler le café. Une fois la machine lancée, il alla à la douche qu'il prit vraiment chaude pour être réveillé et détendu. Une fois satisfait il s'habilla simplement avec un vieux jeans et un t-shirt assez simple. L'avantage d'être à la maison consistait aussi à ne pas devoir être pimpant. Une fois tout cela fait, il se prépara un petit-déjeuné consistant et il se servit sa première tasse de café dont il huma l'odeur qu'il aimait par dessus-tout. Mais avant que ses lèvres ne trempent dans le liquide, il entendit deux coups secs à la porte. Instinctivement, il savait dire qu'il ne s'agissait pas de sa fiancée, Lizzie avait un côté plus... froid et sec quand elle toquait. Il fronça les sourcils, si le garde à l'entrée avait laissé monter une personne, c'était forcément qu'il la connaissait non ? Il ouvrit sa porte délicatement avant d'arrêter brusquement son geste au trois quart. Il cligna des yeux une première fois. Puis une deuxième fois pour être sûr que la personne en face n'allait pas s'évanouir d'un battement de cils, puis une troisième fois parce qu'il ne pouvait pas croire qu'elle était encore-là.

Sirius ouvrit la bouche puis la referma. Il aurait voulu dire quelque chose d'intelligent ou de recherché face à Eli parce que c'était bien elle qui se tenait devant sa porte, mais il était vraiment trop tôt pour qu'il puisse dire ou faire quoique se soit. Il se pinça alors, légèrement et il grimaça. ça faisait mal. Conclusion : ce n'était pas un rêve. Peut-être un truc dans une troisième dimension... parce que dans cette dimension et dans cette vie, Eli l'évitait. Ils se croisaient mais jamais volontairement, c'était toujours imprévu et par hasard... et là... c'était tout à fait inopportun. Il se contenta de la regarder quelques secondes dans les yeux, cherchant à y lire un indice, un signe qui allait lui donner un avant-goût de ce que sa plus vieille amie lui voulait. Mais il se trouva confronté à deux orbes chocolat qu'il était incapable de décrypter. Il eut un sourire amer et il détourna le regard avant d'ouvrir un peu plus la porte pour la laisser entrer. « J'allais manger, tu veux m'accompagner ? » lança-t-il finalement en lui indiquant d'un geste de tête sa table déjà préparée. Peu importe les raisons qui l'avait conduite ici, il ne pouvait pas affronter une nouvelle discussion avec Eli l'estomac vide et sans son café. « Thé ? » proposa-t-il sans qu'il ait eu le temps de réfléchir. Il haussa un sourcil, est-ce qu'elle aimait toujours le thé ? Il ne connaissait plus ses habitudes alimentaires. Ce n'est pas comme si en 6 ans, ils avaient pu parler de ce qu'ils mangeaient encore et ce qu'ils ne pouvaient plus avaler. Il inspecta rapidement son appartement du regard pour être sûr qu'Eli ne tombe sur rien... inapproprié... son home sweet home était vaste et lumineux... pas vraiment bordélique, avec plein d'objet de valeur et tous les appareils derniers cris qu'il n'utilisait que rarement... tout respirait la touche personnelle d'Elizabeth ici... enfin, presque, la seule chose que Sirius avait absolument tenu à mettre dans le salon hormis ses photos de famille était sa guitare qu'il avait sorti de son grenier pour se remettre à jouer. Il inspecta Eli, tendu, il ne savait pas sur quel pied dansé et cette journée qui avait débuté comme toute les autres s'annonçaient désormais compliquée. Très compliquée.

_________________
Sirius W. De la Vega

avatar

■ avatar : Andrew Cooper
■ âge : 25 ans
■ emploi : avocat
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dum dum dum   Mar 20 Sep - 19:36

Pour sûr, Elinor ne s'était pas attendue à ce que Sirius l'invite à petit-déjeuner ; elle avait même pensé qu'elle n'allait pas passer plus de dix secondes avec le jeune homme, juste le temps pour lui de lui confirmer qu'il avait définitivement tourné la page sur eux et elle aurait rebroussé chemin pour enfin commencer le travail de réparation sur sa personne. La native hocha silencieusement la tête en baissant les yeux, remarquant que Sirius ne semblait pas plus ravi que ça de la voir ; c'était compréhensible, elle avait l'impression de prendre un gros risque ne serais-ce qu'en entrant sur le "territoire" d'Elizabeth. Toujours sans un mot, elle lança un regard circulaire à la pièce avant de prendre place autour de la table ; l'endroit ne ressemblait pas à Sirius, sûrement à sa fiancée. « Thé ? » Elinor releva les yeux, surprise, et en croisant celui de Sirius ressentit comme un électrochoc. Elle hocha de nouveau la tête, gromellant un « Hm. » légèrement mal à l'aise. Il se souvenait donc de son aversion pour le café et de sa presque-passion pour le thé. Dès qu'elle était chez elle, c'était comme une habitude d'avoir une tasse de thé en main, sa mère disait que c'était ses origines anglaises qui ressortaient, et elle avait réussi grâce à ses voyages à dégoter certaines saveurs totalement exclusives.

Soit, là n'était pas la question, Sirius s'était assis devant elle et avait commencé à manger ; Elinor, elle, ne touchait pas à l'assiette qu'il avait posé devant elle, l'estomac serré, se contentant de boire son thé à petites gorgées en observant celui qu'elle ne savait plus vraiment comment définir, détournant les yeux dès qu'il semblait le remarquer. C'était une étrange situation, mais elle l'appréciait : c'était la première fois qu'ils se retrouvaient seuls en cinquante-trois jours et, même si Elinor commettait un suicide en venant ici pour pouvoir tourner la page, elle se sentait juste plus heureuse près de lui. Observant Sirius manger silencieusement, elle se demanda comment elle pouvait amener la conversation ; devait-elle tourner autour du pot, aller directement au but ? Comment pouvait-elle seulement amener le sujet sur la table alors que la dernière fois qu'ils s'étaient vraiment parlés avait eu lieu en présence de leurs conjoints respectifs ? Cependant, elle ne pouvait plus faire machine arrière, elle était en face de lui & si elle avait fait tout ce chemin, elle n'allait sûrement pas renoncer maintenant. Elle ne pouvait pas non plus échanger des civilités avec lui, ils avaient dépassé ce stade depuis bien longtemps et elle savait que ça ne ferait qu'agacer l'anglo-argentin.

« Est-ce que t'es heureux ? » demanda-t-elle brusquement, comme à son habitude portée par une impulsion qu'elle n'avait pu contrôler. Remarquant la stupidité de sa question - bien qu'elle meurt d'envie d'avoir son opinion là-dessus -, elle baissa brusquement les yeux et fit mine d'être profondément attirée par le fond de sa tasse, comme si les résidus qui en jonchaient le fond allaient lui donner les réponses qu'elle attendait. « Je veux dire, en général, dans... ta vie de maintenant. » reprit-elle plus doucement, les yeux toujours baissés et le nez toujours dans sa tasse. Bien sûr, ce n'était pas l'intitulé exact de la question qui l'intéressait, mais si il la repoussait pour de bon, elle préférait que ça se passe en douceur.
Elinor Reagan-Williams

avatar

■ avatar : Kina Grannis
■ âge : 23 ans
■ emploi : Chanteuse
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 23

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dum dum dum   Mer 21 Sep - 12:25

Sirius buvait tranquillement. Enfin, tout était relatif évidemment. Il tentait de garder un semblant de self-control alors qu'en réalité, son coeur battait trop vite, trop fort, et nerveusement, il ne pouvait s'empêcher de se demander si Eli pouvait l'entendre... il prit un croissant et mordit avec appétit dedans, il avait du mal à réaliser pleinement tout ce qu'il se passait, tout ce que ça impliquait ou englobait, il avait décidé d'arrêter de trop réfléchir et de juste... profiter de cet instant et de la présence de sa plus vieille amie d'enfance. Il dirigea son regard vers elle, elle buvait son thé, elle semblait déconnectée... le jeune métisse ouvrit la bouche pour engager la conversation mais décida de se taire. Parler avec Eli amenait toujours trop de préoccupations au bout du compte. Alors il se tut et reprit une gorgée de son café, les mains moites, la gorge nouée, trop conscient des battements assourdissant de son coeur. Parfois leurs regards se croisaient, mais ils ne faisaient mine de rien et détournaient aussi tôt le regard. Sirius se demanda quel spectacle ils pouvaient offrir d'un point de vue extérieur. Avaient-ils l'air de parfaits étrangers ?

Finalement, ce fut elle qui ouvrit la discussion et Sirius se renfrogna aussi tôt. Il le sentait mal. Dès qu'ils parlaient quelque chose clochait, quelque chose n'allait pas, quelque chose finissait par se briser à chaque fois et creuser ainsi l'écart entre eux. Et en général, de ces histoires c'était son coeur qui en ressortait le plus meurtris. « Est-ce que t'es heureux ? » Sirius la regarda dans les yeux, confus, ne s'attendant pas à ça... il l'observa tentant de trouver ce qu'elle voulait dire, ce qu'elle voulait réellement exprimer devant cette question difficile. Elle détourna le regard pour se perdre dans les tréfonds de sa tasse, il eut un sourire tendre en le voyant, Eli était vraiment la femme la plus adorable qu'il connaissait. Et le fait qu'elle n'en ait pas conscience amplifiait ce sentiment chez Sirius. « Je veux dire, en général, dans... ta vie de maintenant. » l'avocat fit tourner son doigt sur le dessus de sa tasse quelques secondes, cherchant ses mots. Sa vie de "maintenant", cette vie sans elle... ou avec sa présence réduite... était-il heureux sans elle ? « Ma vie est assez... simple... ce que j'ai toujours voulu en soit, le boulot que je voulais, ma famille qui se porte bien et qui s'agrandit à chaque fois un peu plus avec l'aide de mes frères et soeurs... alors oui, je suis heureux... » et c'était vrai, il était heureux, pas le mec le plus heureux du monde, mais il savait profiter des petits plaisirs de la vie et remercier le destin de l'avoir fait naître dans cette famille soudée. « Mais tu me manques... terriblement. Parfois quand je pense à "nous", je vois juste... cet écart qu'il y a entre nous, et j'aimerais pouvoir tout changer... j'aimerais retourner en arrière pour modifier tout ça, pour recommencer notre histoire ou la revivre... mais... on ne revient pas en arrière. Et il y a beaucoup de choses à réparer. » il ouvrit les paumes qu'il plaça à plat sur la table, il avait été honnête et franc, il l'observa du coin de l'oeil, ne voulant rien rater de sa réaction tout en abordant un petit sourire triste. Il aurait voulu tendre le bras pour lui attraper la main, la toucher, mais il ne savait pas s'il en avait la permission. Alors il préférait rester à sa place et attendre un signe, une réaction. Puis il avait l'habitude d'attendre, il avait été celui qui attendait... elle... c'était plus celle qui partait.


_________________
Sirius W. De la Vega

avatar

■ avatar : Andrew Cooper
■ âge : 25 ans
■ emploi : avocat
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dum dum dum   Jeu 22 Sep - 22:08

Elinor aurait voulu pouvoir soutenir le regard de Sirius avant qu'il ne réponde, mais elle avait tellement peur de ce qu'elle pourrait entendre qu'elle espérait mentalement pouvoir disparaître & regarder un enregistrement de ce qu'il aurait pu répondre plus tard, plus loin de lui, de cette tentation qu'il représentait pour elle. « Ma vie est assez... simple... ce que j'ai toujours voulu en soit, le boulot que je voulais, ma famille qui se porte bien et qui s'agrandit à chaque fois un peu plus avec l'aide de mes frères et soeurs... alors oui, je suis heureux... » Un très léger sourire en coin vint prendre possession des lèvres de la jeune femme ; oui, il avait toujours voulu la simplicité, c'était peut-être ce qui les différenciait le plus. Sirius était... un homme bon. Un mec bien, quoi, un mec qui valait vraiment la peine. Elle, elle avait toujours eu un côté provocateur, impulsif et insatisfait, c'était indiqué dans son ADN et ça avait marqué les plus grandes parties de sa vie. Et puis, elle tiqua : il n'avait pas mentionné Elizabeth. Pourquoi ? Lorsqu'elle l'imaginait, désormais, c'était difficilement sans la présence de sa fiancée. « Mais tu me manques... terriblement. Parfois quand je pense à "nous", je vois juste... cet écart qu'il y a entre nous, et j'aimerais pouvoir tout changer... » Elinor avait brusquement relevé la tête à l'entente de ses premiers mots, comme frappée d'un électrochoc, et ses yeux avaient paru effrayés avant qu'ils ne se transforment en triste mélancolie. Elle s'était vraiment attendue à ce que son bonheur soit sans limites, qu'il lui annonce qu'il n'avait pas été plus heureux que ces dernières semaines, impatient à l'idée de s'unir à vie avec sa journaliste. La jeune femme, elle, ne pensait pas à tout changer ; certains souvenirs seraient gravés dans sa mémoire jusqu'à sa mort & elle y tenait personnellement, mais l'instant où elle avait préféré l'Europe aux Etats-Unis, elle avait enclenché la terrible machine dans laquelle ils s'étaient coincés. « j'aimerais retourner en arrière pour modifier tout ça, pour recommencer notre histoire ou la revivre... mais... on ne revient pas en arrière. Et il y a beaucoup de choses à réparer. » La fin de sa phrase ramena Elinor a la réalité. La voila, la phrase qu'elle avait attendu : celle qui lui dirait qu'il n'avait plus d'espoir pour eux. Elle savait qu'il était sincère, elle pouvait le sentir, l'entendre, et ça la démolissait encore plus d'entendre de sa bouche qu'elle lui manquait mais que c'était trop compliqué à résoudre. La jeune femme se redressa sur sa chaise, croisa ses mains devant elle et baissa les yeux de nouveau en se raclant légèrement la gorge. « Jensen m'a proposé d'emménager avec lui... Il devient plutôt insistant avec ça, en fait, mais... » Son regard se leva, se plongea pour ce qui était peut-être l'une des dernières fois dans celui de Sirius mais elle ne tarda pas à le détourner ; elle ne se connaissait pas comme ça avec lui, incapable d'affronter son regard, de lui tenir tête. Elle n'aimait pas montrer ses sentiments, ses faiblesses, mais il voulait de la sincérité et si elle partait d'ici sans lui dire ce qu'elle avait sur le cœur, ça ne ferait qu'aggraver son état. Elle tenta de peser ses mots, mais ceux-ci sortaient tous seuls, tantôt raisonnés, tantôt abusifs. « Mais je m'en sens incapable. D'abord, j'ai jamais été du genre à m'engager, dans quoique ce soit d'ailleurs, à part peut-être la musique. Seulement... Ces derniers mois, ça a été différent. » Elle marqua une pause, se rendant compte de ses sentiments en même temps qu'elle les dévoilait à son meilleur ami, et soudainement elle comprenait ce qui l'avait guidée ces derniers temps. « C'est pas le bon, je le sais. » continua-t-elle en glissant un regard au jeune homme devant elle sans pouvoir s'en empêcher. « Mais il est gentil... Il ne me comprend pas toujours, et il vient d'un univers totalement différent, mais il fait des efforts, il essaie vraiment... Dans l'histoire, c'est moi qui ne l'ai jamais laissé rentrer. » Jensen n'était qu'une distraction, il était la cigarette électronique du fumeur invétéré, la bière sans alcool du belge, l'ersatz du ravitaillement de temps de guerre. Sa vraie drogue, elle l'avait devant elle. Elinor releva les yeux et cette fois-ci, soutint ceux de Sirius comme si elle le suppliait de rendre son fardeau plus léger à porter, sachant parfaitement qu'il ne pouvait absolument rien faire. « Tu vas te marier... » continua-t-elle en désignant les échantillons de nappe près d'elle « ... et je ne peux pas me mettre sur ton chemin si tu l'as choisie. » Son rythme cardiaque s'accéléra alors que ses prochaines paroles défilaient dans son esprit, et qu'elle s'apprêtait à prendre oralement un engagement qui lui brisait le coeur. « Et c'est juste ce que j'ai besoin d'entendre. S'il te plaît. Dis-moi que c'est elle la bonne, et je partirais. » Sa gorge se serra de nouveau et sa voix dérailla, mais elle continua. « Dis-moi que l'épouser fait aussi partie de ton image de la vie parfaite et j'accepterais de vivre avec Jensen. »
Elinor Reagan-Williams

avatar

■ avatar : Kina Grannis
■ âge : 23 ans
■ emploi : Chanteuse
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 23

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dum dum dum   Sam 24 Sep - 22:20

Sirius su à l'instant qu'Eli allait commencer à parler, quelque chose allait se passer, c'était toujours comme ça entre eux. Ils ne savaient rien faire comme tout le monde, la simplicité n'avait jamais lieu entre eux. En premier, ce fut la jalousie pure et dure qui s'empara de lui, son regard se durcit sans qu'il puisse se contrôler. Il détestait ce... Jensen... et ça n'avait absolument rien de rationnel, il ne pouvait pas concevoir que ce type s'affiche aux bras d'Eli, il... ne lui correspondait pas. C'était tellement visible, sur les photo d'eux que Sirius avait aperçu dans les magazines il avait toujours été évident que Jensen s'accrochait et qu'Eli tolérait sa présence. Il ne voulait pas qu'elle vive avec lui... mais pouvait-il le dire sans passer comme étant la pire des raclures ? Ne faisait-il pas la même chose de son côté ? « Mais je m'en sens incapable. D'abord, j'ai jamais été du genre à m'engager, dans quoique ce soit d'ailleurs, à part peut-être la musique. Seulement... Ces derniers mois, ça a été différent. » Sirius était rassuré tout en sentant son cœur se serrer... différent... est-ce qu'elle allait lui dire qu'elle allait vivre avec ce type ? C'était pour ça qu'elle était là ? Juste pour lui écrabouiller le cœur une nouvelle fois ? Juste pour voir à quel point ses paroles pouvaient le blesser et le toucher ? Il ne pouvait pas imaginer Eli si vicieuse... mais en même temps, le temps avait fait qu'il ne savait plus aussi bien la connaître. Qu'il le veuille ou non, plus le temps avançait, et plus Eli s'éloignait et devenait une sorte de livre rempli d'énigme pour lui. Mais il ne pouvait pas imaginer qu'elle soit si cruelle... pas son Eli. Pas avec lui.

« C'est pas le bon, je le sais. » Sirius releva brusquement le regard, rappelé à la réalité et éloigné de ses craintes et il poussa un soupire rassuré, il ne s'était même pas rendu compte que pendu aux lèvres de la métisse il avait retenu sa respiration jusque là. « Mais il est gentil... Il ne me comprend pas toujours, et il vient d'un univers totalement différent, mais il fait des efforts, il essaie vraiment... Dans l'histoire, c'est moi qui ne l'ai jamais laissé rentrer. » Sirius détourna le regard pour la première fois, son regard se porta sur son appartement. Tout respirait la touche d'Elizabeth, mais pour la première fois, il voyait les choses sous un autre angle, s'il n'avait pas voulu y mettre sa touche personnelle, c'était peut-être parce qu'il n'avait pas voulu partager ses goûts avec la journaliste, il lui avait à peine parlé de son enfance, ses souvenirs n'appartenaient qu'à lui et Eli et les raconter à une tierce personne ça aurait été comme les profaner. Il était secret, elle lui avait reproché de nombreuses fois, encore plus depuis qu'elle savait que Sirius connaissait très bien Elinor Reagan-William. Dans l'histoire, c'est moi qui ne l'ai jamais laissé rentrer. il faisait exactement la même chose et il se sentit coupable pour la première fois. Lizzie était une femme bien, sincèrement, c'est pour cette raison qu'il n'avait jamais su mettre fin à leur relation, il n'y avait peut-être pas de passion dévorante qui l'animait quand il pensait à elle, mais une femme qui avait fait des efforts pour deux pour que leur histoire marche méritait mieux qu'un simple au revoir sans explications. « Tu vas te marier... et je ne peux pas me mettre sur ton chemin si tu l'as choisie. Et c'est juste ce que j'ai besoin d'entendre. S'il te plaît. Dis-moi que c'est elle la bonne, et je partirais. » il entendit les trémolos dans la voix d'Elinor et cela le blessa, il sentit son coeur se serrer, il se sentait véritablement mal pour la peine. « Dis-moi que l'épouser fait aussi partie de ton image de la vie parfaite et j'accepterais de vivre avec Jensen. » Sirius n'hésita pas une seconde, instinctivement, il tendit le bras afin d'attraper la main d'Eli, il ne pouvait plus supporter la distance et la douleur qu'il sentait chez elle, ça avait été plus fort que lui, il avait toujours ressenti le sentiment qu'il devait la protéger.

Le jeune homme hésita alors, par où commencer ? Comment le faire aussi. Il ne pouvait pas ignorer les questions d'Eli, comme il ne pouvait pas non plus lui mentir, il en avait toujours été incapable et ça n'avait pas changé. Il se passa la main dans les cheveux, une de ses sales manies quand il ne savait pas quoi faire. Finalement, il se lança. « J'aimerais pouvoir te dire qu'elle fait partie de cette image, ce serait plus facile pour nous deux quelque part. Mais je n'ai jamais su te mentir Eli et je n'ai jamais eu l'intention de commencer un jour. Elle n'a jamais été sur cette image initiale... » il eut un petit sourire triste, comment lui faire comprendre sans la faire fuir qu'elle, Elinor son Eli, avait quant à elle toujours été dans cette image et qu'elle y tenait même le rôle principal ? « J'aimerais pouvoir te dire que c'est elle la bonne. Mais je ne me voile plus la face depuis des années. Cette fille, cet idéal... c'est toi Eli, ça a toujours été toi, il m'a fallu du temps pour arriver à cette réponse. » il lui caressa la paume de la main à l'aide de son pouce. « Mais... j'ai toujours eu des rêves, des objectifs... et tu l'as dit Eli, tu n'as jamais été le genre de fille à vouloir t'engager. Et moi je suis le genre d'homme à vouloir vivre ce que mes parents m'ont toujours montré. Je suis conscient que c'est très ambitieux et je n'ai pas envie... de te forcer la main. » il la regarda alors dans les yeux, pour lui faire comprendre que ce qu'il allait dire était important, il voulait qu'elle lise en lui, tous ses sentiments, tout ce qu'il éprouvait. « Je n'attends qu'un mot de toi et il n'y a plus de futur avec Lizzie. Mais avant, il faut que tu saches que c'est une femme bien, vraiment, elle a un bon cœur, elle n'est pas parfaite, elle ne me comprendra jamais comme toi tu peux le faire... et je suis sûr que même ton Jensen... est un mec bien... qu'il pourrait te rendre... heureuse... mais ils méritent mieux que la seconde place. En amour, la seconde place n'a jamais été intéressante. » sa voix était devenue plus grave, prononcer le prénom de ce type avait été douloureux... ce type pouvait embrasser et serrer Eli autant qu'il le voulait... alors que Sirius se trouvait nerveux à la simple idée de lui toucher la main... il secoua la tête, il devait taire sa jalousie. Il pensa à Lizzie et elle l'aida à reprendre ses esprits et à aller jusqu'au bout de sa pensée. « C'est pour ça que je ne veux pas la quitter si... tu n'es pas prête à te lancer dans quelque chose de sérieux avec moi. Je veux vivre une histoire avec toi Eli. Vraiment. Mais je ne veux pas te forcer la main ou te rendre triste en suivant une voie qui ne te correspond pas. Parce que si tu n'es pas prête pour ça ou si je te rends triste au final... ça va me tuer de l'intérieur. » il détacha alors sa main, il ne voulait pas l'obliger, il voulait lui laisser... l'espace nécessaire pour qu'elle réfléchisse... et surtout, si elle s'enfuyait, il ne voulait pas sentir la main d'Eli se détacher de la sienne, ça serait trop douloureux pour lui qui venait de s'ouvrir entièrement à elle. « Mais s'il y a la moindre chance que je puisse un jour être avec toi... tu dois me le dire. Et je t'attendrais. »

_________________
Sirius W. De la Vega

avatar

■ avatar : Andrew Cooper
■ âge : 25 ans
■ emploi : avocat
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dum dum dum   Lun 26 Sep - 21:55

Tout aurait pu se passer rapidement ; ce n'était pas garanti sans douleur mais au moins, cette histoire aurait été réglée une bonne fois pour toutes et Elinor aurait pu aller ramasser son coeur dans son coin en toute tranquillité. Quelques mots, et elle aurait pu filer, disparaître, tenter de s'en remettre. Au lieu de ça, il avait laissé glisser ses doigts sur sa main et s'en était emparée, emprisonnant avec elle le battement de son coeur, la totalité de son attention et le contrôle total de ses émotions. « J'aimerais pouvoir te dire qu'elle fait partie de cette image, ce serait plus facile pour nous deux quelque part. Mais je n'ai jamais su te mentir Eli et je n'ai jamais eu l'intention de commencer un jour. Elle n'a jamais été sur cette image initiale... J'aimerais pouvoir te dire que c'est elle la bonne. Mais je ne me voile plus la face depuis des années. Cette fille, cet idéal... c'est toi Eli, ça a toujours été toi, il m'a fallu du temps pour arriver à cette réponse. » Les yeux de la jeune femme papillonnèrent : il était sérieux, là ? Même si son cœur se gonflait à l'entente de ses paroles, elle ne pouvait croire qu'il lui disait exactement le contraire de ce qu'elle était venue chercher. Parce qu'elle ne s'y trompait pas, il ne lui disait pas simplement ça pour la forme. Il y avait forcément un mais, une raison qui ferait qu'à trop l'avoir gonflé, son cœur finirait par exploser. « Mais... » Et voila. « j'ai toujours eu des rêves, des objectifs... et tu l'as dit Eli, tu n'as jamais été le genre de fille à vouloir t'engager. Et moi je suis le genre d'homme à vouloir vivre ce que mes parents m'ont toujours montré. Je suis conscient que c'est très ambitieux et je n'ai pas envie... de te forcer la main. » Elle fronça les sourcils, dubitative, tentant de faire sortir de son esprit la sensation du pouce qui jouait sur la peau de sa main depuis qu'il avait commencé à parler. Elle ne savait pas vraiment où il venait en venir, mais elle craignait le pire. « Je n'attends qu'un mot de toi et il n'y a plus de futur avec Lizzie. Mais avant, il faut que tu saches que c'est une femme bien, vraiment, elle a un bon cœur, elle n'est pas parfaite, elle ne me comprendra jamais comme toi tu peux le faire... et je suis sûr que même ton Jensen... est un mec bien... qu'il pourrait te rendre... heureuse... mais ils méritent mieux que la seconde place. En amour, la seconde place n'a jamais été intéressante. C'est pour ça que je ne veux pas la quitter si... tu n'es pas prête à te lancer dans quelque chose de sérieux avec moi.» Plus ça allait, moins Eli comprenait le sens des paroles de Sirius ; en réalité, si, elle comprenait ce qu'il disait, mais elle ne saisissait pas le fond de ce qu'il voulait vraiment. A moins que ce ne soit d'elle que le doute provienne ? « Je veux vivre une histoire avec toi Eli. Vraiment. Mais je ne veux pas te forcer la main ou te rendre triste en suivant une voie qui ne te correspond pas. Parce que si tu n'es pas prête pour ça ou si je te rends triste au final... ça va me tuer de l'intérieur. Mais s'il y a la moindre chance que je puisse un jour être avec toi... tu dois me le dire. Et je t'attendrais. » La main qui serrait la sienne s'était éloignée et le froid avait de nouveau envahi ses doigts ; son regard, cependant, se transformait progressivement à mesure qu'elle prenait conscience de l'ampleur de ce qu'il lui proposait. D'abord, il la voulait elle : pas Lizzie, pas une autre Reagan, personne d'autre ; elle, il la voulait elle autant qu'elle semblait le vouloir et ça compliquait terriblement la conversation. Avec cette conviction grandit celle de sa puissance : il suffisait d'un mot, il l'avait dit, pour qu'elle arrête toute cette mascarade et remette ce qui, à ses yeux, aurait toujours dû rester à sa place. Sirius et elle seraient ensemble, comme ça avait toujours été le cas dans son esprit, ils emménageraient peut-être même dans un appartement comparable à celui qu'il avait maintenant, mieux décoré cependant. Mais, au-delà du fait de faire du mal à Lizzie et à Jensen, c'était sa propre tolérance qu'il mettait en doute. Il la connaissait tellement bien, il savait exactement comment elle était, il savait qu'elle ne pourrait pas s'enfermer avec Jensen, alors le pourrait-elle seulement avec lui ? Une partie de son coeur lui hurlait que toute une vie avec lui ne suffirait pas, l'autre lui murmurait que l'indépendance avait toujours fait partie d'elle. Une partie de son esprit lui exposait en détail les raisons pour lesquelles ils étaient destinés à être ensemble, une autre éprouvait une étrange pitié pour la journaliste et le barman.

Et elle se retrouvait là, devant Sirius mais encore trop loin à son goût, le regard ancré dans son âme qu'il mettait à nu pour elle, confortée dans ce désir toujours plus fort qu'elle avait de ressentir qu'elle représentait encore quelque chose pour lui, avec cette horrible pensée qui la torturait d'imaginer comme il pourrait être facile de régler cette histoire, de laisser la fiancée et le petit-ami de côté et de continuer ensemble, comme s'ils ne s'étaient jamais quittés. « Je ne peux pas... te dire d'annuler ton mariage, Sirius. Ni de venir avec moi, ni qu'on sera heureux ensemble ... » commença-t-elle en laissant sa main glisser sur la table pour s'emparer des doigts du jeune homme. Oui, il suffirait d'un mot de la légendaire égoïste Elinor et une personne de plus serait blessée pour son petit plaisir. « ... Et peut-être qu'on devrait... réfléchir à ça, trouver un moyen pour... » Elle ne savait vraiment pas où elle allait avec son argumentation, elle ne savait même pas pourquoi elle se retenait. Maintenant qu'elle avait eu le temps d'y penser, elle se sentait tout simplement incapable de lui demander de tout envoyer valser. Et pourtant... Pourtant, plus elle se perdait dans des idées contradictoire, plus le grondement de son désir montait en elle. Les faits étaient là : Sirius l'aimait ; il l'aimait vraiment, et à l'entente de ses paroles, il était prêt à quasiment tout pour elle.

Un instant, elle imagina que rien ne les retenait. Plus de Lizzie, plus de Jensen, de médias, d'échantillons de nappes, rien qu'eux deux. Un long soupir s'échappa de ses lèvres entrouvertes et elle parut plus sereine. Les mots qui suivirent sortirent tout seuls. « Je t'aime... mais on ne peut pas tout envoyer balader comme ça. » Son coeur loupa un battement lorsqu'elle se rendit compte de ce qu'elle s'apprêtait à faire mais, lorsque ce fut le cas, c'était déjà trop tard. Son corps avait enregistré la commande et, même si une petite partie d'elle lui disait que ce qu'elle s'apprêtait à faire était pêché, elle n'essayait même pas de l'empêcher. Lentement, elle repoussa la chaise derrière elle et vint s'asseoir sur la table, en face de Sirius. Elle n'avait pas quitté sa main, et elle reprit la parole en la remontant le long de son bras. « Et je devrais probablement pas faire ça, je sais que ça va rendre les choses plus compliquées encore mais... » Oui, maintenant qu'elle savait, qu'elle en était sûre, elle ne voulait plus attendre. Sirius aurait dû le savoir, elle était amoureuse de lui depuis qu'elle était dans le ventre de sa mère, une déclaration comme celle qu'il venait de lui faire ne pouvait pas la laisser de glace. Son visage s'approcha lentement de celui du jeune homme, et sa main remonta jusqu'à sa nuque, qu'elle emprisonna. Finalement, son front atteignit celui de Sirius et elle finit par baisser la tête. « J'ai besoin de toi Sirius, c'est pas une question de mariage, ou de temps qu'on a perdu, j'ai besoin de toi, c'est tout. » Elle releva doucement les yeux, en même temps que sa main ; son pouce avait remonté sa joue pour finalement descendre sur le coin de ses lèvres, puis sur ces dernières. « Et j'ai pas peur que tu me fasses du mal... J'ai peur de t'en faire, moi. » Ses yeux se perdirent un instant dans la contemplation des lèvres de Sirius, si proches et si accessibles. Ses paroles suivantes ne furent presque qu'un murmure. « Je peux pas te demander de tout abandonner, mais je peux pas... partir non plus, plus maintenant. » Son visage s'approcha de nouveau du sien et ses mots suivants furent murmurés à quelques centimètres seulement de ses lèvres. « On a pas besoin de décider tout de suite... »
Elinor Reagan-Williams

avatar

■ avatar : Kina Grannis
■ âge : 23 ans
■ emploi : Chanteuse
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 23

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dum dum dum   Mar 27 Sep - 0:09

Sirius s'attendait à beaucoup de choses, enfin, non, pas beaucoup, dans son esprit n'avait pu se former qu'un seul scénario : celui d'être une nouvelle fois blessé. Il pensait qu'il allait être une nouvelle fois déçu, qu'il lui faudrait prendre sa journée pour se redonner un semblant d'amour propre et pouvoir sourire à sa fiancée le soir venu, il s'était attendu à ce qu'Eli parte pour dire la vérité. Il s'était imaginé son départ sans plus de préambule, pour lui, elle allait à tous les coups le laisser en plan à sa table en lui disant qu'il était idiot, que c'était trop tard, qu'elle... il ne savait pas. Mais apparemment, il avait eu faux. Sur toute la ligne. « Je ne peux pas... te dire d'annuler ton mariage, Sirius. Ni de venir avec moi, ni qu'on sera heureux ensemble ... » Sirius ferma douloureusement les yeux. Évidemment, il aurait du s'y attendre, il n'y avait plus d'espoir pour eux, plus rien, ils avaient manqué leur chance... mais au moins, il aurait essayé. Essayé jusqu'au bout, il ne pourrait pas avoir de regret... n'est-ce pas ? Il tenta de se conforter dans cette pensée. C'est à ce moment-là qu'il sentit les doigts d'Eli retrouver les siens, il écarquilla les yeux de surprise et un sentiment de satisfaction s'empara de lui, elle ne partait pas... elle allait peut-être lui proposer qu'ils redeviennent ami. Dans le fond, peu lui importait, il avait juste besoin d'elle dans sa vie, pour le reste, il ferait avec. « ... Et peut-être qu'on devrait... réfléchir à ça, trouver un moyen pour... » elle laissa sa phrase en suspend, Sirius fronça les sourcils mais il n'osa pas intervenir, il avait peur d'interrompre le fil de ses pensées, alors il se contenta d'exercer une pression sur sa main afin de lui prouver son écoute et son éternel soutient.

« Je t'aime... mais on ne peut pas tout envoyer balader comme ça. » le coeur de Sirius s'arrêta, il pouvait le jurer. Son coeur avait manqué un battement. Est-ce qu'elle venait vraiment de lui dire... « Tu... quoi ? » bégaya-t-il sans arriver à y croire, sans pouvoir s'empêcher de sourire bêtement, elle l'aimait. Elinor l'aimait lui... et tout le reste lui parut sans importance, tant qu'elle l'aimait. Puis Eli s'approcha, volontairement, elle se déplaça pour s'asseoir sur la table, juste en face de lui, il recula légèrement sa chaise pour lui laisser la place nécessaire pour s'installer. Elle se remit à parler mais il vit ses lèvres bouger sans comprendre tout de suite le sens de sa phrase, il venait de recevoir une décharge électrique au bras, elle venait de le caresser. Il se mordit les lèvres, elle le faisait exprès, son but réel était de le rendre fou ou de le rendre complètement dépendant de son unique et entière personne. « ... rendre les choses plus compliquées encore mais... » les yeux bleu de Sirius se rétrécirent, il ne savait absolument pas de quoi elle parlait, il avait manqué le début de la phrase mais il était clair que si elle continuait de trainer ses mains sur des parties de son corps, il avait finir par avoir un black out complet. Eli se pencha alors vers lui, Sirius sentit sa pomme d'Adam remonter et se coincer dans sa gorge, il était littéralement électrisé partout où la main de la jeune femme se glissait et elle se stoppa dans sa nuque, leur front se touchèrent et Sirius éprouva une bouffé de chaleur, elle était si proche, son corps, sa bouche, son être, elle était à porté de main, littéralement. Mais il avait tellement peur de rêver, qu'il tende la main pour la toucher et qu'elle s'évapore. « J'ai besoin de toi Sirius, c'est pas une question de mariage, ou de temps qu'on a perdu, j'ai besoin de toi, c'est tout. » Sirius se troubla encore plus, le souffle chaud de son amie d'enfance était une tentation réelle, il se mordit la lèvre inférieure, si c'était un rêve il était simplement parfait, si tout ça était réel c'était merveilleux... mais il se devait de répondre à ce message si honnête. « J'ai aussi besoin de toi Elinor. Tu m'es essentielle. » murmura-t-il en la regardant dans les yeux, ils étaient si proche, il pouvait tout voir, tout lire, pouvait-elle aussi voir l'amour qu'il éprouvait pour elle, pouvait-elle deviner tout ce qu'elle faisait naître en lui ? Mais il fut réduit au silence lorsqu'elle déposa son pouce sur ses lèvres. « Et j'ai pas peur que tu me fasses du mal... J'ai peur de t'en faire, moi. » Sirius haussa les épaules avec indifférence. Du moment qu'elle était avec lui, il ne pourrait jamais souffrir. En ce moment il souffrait mais c'était dû à leur éloignement, elle avec lui, il ne pourrait jamais être triste.

Les yeux d'Eli contemplèrent ses lèvres et il sentit sa gorge se sèche. C'était un appel, un signal ça non ? Il mourait d'envie de l'embrasser. « Je peux pas te demander de tout abandonner, mais je peux pas... partir non plus, plus maintenant. » il ne savait plus du tout ce qu'elle disait, il était trop concentré sur ses lèvres qui bougeaient à seulement quelques centimètres des siennes, sur sa main encore posé sur sa nuque, à son odeur qui remplissait ses narines, il était envoûté par sa personne. « On a pas besoin de décider tout de suite... » Sirius ne put plus se contrôler. Il l'avait toujours fait en sa présence, lorsqu'elle se glissait plus jeune contre lui en dormant, lorsqu'elle le serrait contre lui afin d'être cajolée, dansait avec lui... tous ces moments étaient des tortures pour lui, il avait dû se brider en sa présence pour ne jamais déraper, pour ne pas commettre de faux pas... mais elle lui avait dit l'aimer... et... elle était beaucoup trop proche. Alors il fit la seule chose qui lui semblait sensée en ce moment : il combla les quelques millimètres qu'il y avait entre eux pour l'embrasser. Leur premier baiser aurait pu être tendre, doux, sage et tellement d'autres choses mignonnes... mais si ça l'avait été ça n'aurait tout simplement pas été Eli & Sirius. La passion et le désir refoulé de Sirius avait pris le dessus sur son être et doucement, il se redressa pour prendre de la hauteur et pour pouvoir ainsi approfondir se baiser. Une de ses mains étaient sur la taille d'Eli alors que l'autre se perdait dans les cheveux de son Eli. Il n'avait jamais embrassé de la sorte, il n'avait jamais été embrassé comme ça non plus. C'est à bout de souffle qu'ils se séparèrent tout en restant proche. Sirius déposa son front sur celui d'Eli, il se mit à rigoler avant de déposer rapidement un baiser chaste sur les lèvres d'Eli. « Tu peux dire ce que tu veux, mais après ça... je ne pourrais pas embrasser une autre femme ou envisager d'en épouser une autre Elinor. » il écarta délicatement une de ses mèches de cheveux. « C'est toi que je veux, c'est toi dont j'ai besoin, c'est toi que j'aime. » avoua-t-il sincèrement avec un sourire ravi sur les lèvres. « Et j'ai pas envie que tu te sentes prisonnière de cette relation, je vais pas... t'obliger à m'épouser ou à vivre avec moi, on ira à ton rythme, j'ai pas besoin d'avoir une bague... simplement la promesse que tu seras là... et si jamais un jour tu veux repartir en Europe... » Sirius se mordit la lèvre inférieure avant de caresser la joue d'Eli à l'aide de son pouce, un pli soucieux s'était creusé sur son front. « Laisse-moi venir avec toi... parce que ton absence me fait faire n'importe quoi et je ressens un trop gros vide quand tu n'es pas là. »

_________________
Sirius W. De la Vega

avatar

■ avatar : Andrew Cooper
■ âge : 25 ans
■ emploi : avocat
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dum dum dum   Mar 27 Sep - 20:42

Il avait répondu à son appel, il l'avait suivie sur sa lancée. Lorsque leurs lèvres entrèrent en contact, effectivement, le coeur de la jeune femme fut sur le point d'exploser, mais pas pour de mauvaises raisons. Ce baiser, elle l'attendait depuis pratiquement toujours. Elle l'avait imaginé, avait tenté sans succès de faire transparaître ses sentiments dans des textes mais c'était cent fois plus que ce qu'elle avait jamais imaginé. Sa main avait bien vite retrouvé sa place derrière sa nuque, appuyant contre elle pour approfondir le baiser alors que le jeune homme se levait pour se rapprocher d'elle. Ca semblait... étrangement naturel, ça avait beau être leur premier baiser, leurs gestes se coordonnaient avec une précision qui défiait la logique. D'ailleurs, Elinor fut bientôt animée d'une réelle fougue, aimantée aux lèvres et au corps de Sirius dont elle ne se sentait toujours pas assez proche. Lorsqu'il s'éloigna légèrement, elle n'en avait définitivement pas eu assez, mais elle laissa leurs fronts se coller et ses yeux, fermés par l'émotion, ne s'ouvrirent que lorsqu'il reprit la parole. « Tu peux dire ce que tu veux, mais après ça... je ne pourrais pas embrasser une autre femme ou envisager d'en épouser une autre Elinor. » Effectivement, elle n'imaginait pas non plus vivre avec Jensen, surtout pas après ce qui venait d'arriver. Un léger sourire prit place sur ses lèvres lorsqu'il reposa les siennes pour un baiser rapide, et elle alla en chercher un nouveau en glissant sa main sur son épaule pour atteindre son visage. « C'est toi que je veux, c'est toi dont j'ai besoin, c'est toi que j'aime. Et j'ai pas envie que tu te sentes prisonnière de cette relation, je vais pas... t'obliger à m'épouser ou à vivre avec moi, on ira à ton rythme, j'ai pas besoin d'avoir une bague... simplement la promesse que tu seras là... et si jamais un jour tu veux repartir en Europe... » C'était ce dont elle avait toujours rêvé : les mains de Sirius sur elle, son parfum qui l'entourait littéralement, les mots qu'il prononçait, ces mots qu'elle suppliait d'entendre dans ses chansons. « Laisse-moi venir avec toi... parce que ton absence me fait faire n'importe quoi et je ressens un trop gros vide quand tu n'es pas là. » Le regard de la jeune femme s'adoucit et ses lèvres vinrent chercher une nouvelle fois celles de Sirius, qu'elle embrassa avec plus de douceur que précédemment en s'appuyant cette fois sur le tee-shirt et le torse du jeune homme. « J'ai vraiment pas l'intention de repartir... » murmura-t-elle, prenant conscience que sa phrase était pleine de sous-entendus. Bien sûr, qu'elle n'allait pas repartir, pour risquer de le perdre une nouvelle fois ? Pour bousiller leur amour, celui qu'ils venaient seulement de s'avouer, qu'ils étaient prêts à partager, pour laisser une nouvelle fille prendre la place qui, selon elle, lui avait toujours été échue ? Hors de question ; de toute façon, elle n'avait pas l'intention de le lâcher de sitôt. Du moins, n'en aurait-elle pas eu l'intention si l'image de la fiancée du jeune homme n'avait pas réapparu dans son esprit. Il disait ne plus être capable de continuer avec elle, et dans un sens ça rassurait Eli, mais il avait beau lui affirmer le contraire, elle savait qu'il voudrait faire d'elle (paradoxalement et sûrement inconsciemment) sa "Lizzie", une fille rangée avec qui faire des bébés et sortir les chiens.

Mais fuck, c'était Sirius ! Son Sirius, celui qu'elle avait toujours voulu, qui lui disait enfin ce qu'elle avait toujours voulu entendre. Si elle ne pouvait pas s'engager avec lui, avec qui d'autre ? C'était lui, ça avait toujours été lui et ça, c'était un fait établi qu'elle ne pouvait nier. Mais il y avait tellement, tellement à faire avant de se lancer là-dedans ! Elle s'étonnait elle-même de prendre garde à de quelconques précautions d'usage, mais elle savait parfaitement que leur lien était à la fois puissant et terriblement fragile. Elle ne pouvait pas risquer de mettre ce nouvel élément dans leur relation être exposé à toutes les épreuves qui pourraient le détruire. « Alors on a le temps... Je veux dire, je suis pas contre des bijoux, certes ! » s'exclama-t-elle pour adoucir ses premières paroles. « Mais quoi, tu penses annoncer ça à Elizabeth en rentrant ? Et après ? Parce qu'il y aura un après, et crois-moi je suis pas bonne à ça. » C'était vrai, toutes ses relations, toutes ses aventures, toutes ses histoires avaient été intenses mais terriblement courtes et rapides. Eli avait toujours été comme ça, elle passait dans la vie des gens mais elle les perdait sur son chemin, souvent même sans y accorder une quelconque attention. La vie au quotidien avec quelqu'un d'autre qu'une coloc, la vraie vie conjugale, la vie à deux, elle ne connaissait pas. « Je veux être avec toi, Sirius... Et je ne veux surtout, surtout pas te perdre. » continua-t-elle en l'embrassant de nouveau comme si il allait disparaître d'une minute à l'autre et qu'elle devait prendre autant qu'elle pouvait pendant qu'elle en avait l'occasion. « Alors peut-être qu'on devrait... faire attention. Ne pas se précipiter. » Un rire s'échappa de ses lèvres. « Même moi, je m'étonne à dire ça. » elle releva un regard vers Sirius, reprit son sérieux et ses mains vinrent se joindre sur ses joues. « Mais jusqu'à présent, j'ai tout raté, alors peut-être que je devrais essayer autrement... Parce que tu es vraiment la seule personne qui compte, et dont la perte... encore... me tuerait. » Nouveau baiser, légèrement prolongé cette fois. Sa main droite se perdit sur son torse et ses ongles glissèrent le long de son t-shirt. « Littéralement. » susurra-t-elle finalement, encore avide de ses baisers.
Elinor Reagan-Williams

avatar

■ avatar : Kina Grannis
■ âge : 23 ans
■ emploi : Chanteuse
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 23

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dum dum dum   Mer 28 Sep - 12:50

Sirius trouvait leur nouvel proximité agréable, il n'arrivait pas à détacher ses mains du corps de son amie d'enfance, c'était comme si les avoir ailleurs que sur ses hanches, dans ses cheveux, sur ses cuisses ou dans le bas de son dos était impossible. Pourquoi ne l'avait-il pas fait plus tôt ? Il n'arrivait plus vraiment à comprendre, toutes les raisons qu'il avait su se trouver dans le passé pour ne pas l'embrasser ou la toucher de la sorte lui semblait soudain ridicule. Il regrettait d'avoir autant attendu. Il regrettait d'avoir eu peur. Mais ne prenaient-ils pas un risque inconsidéré ? Se jeter tête la première était peut-être un choix risqué après tout, il ne savait pas réellement dire... en tout cas, ce qu'il savait et ce dont il était sûr c'était que même si cette nouvelle situation compliquait les choses il ne regrettait pas de lui avoir ouvert son coeur, d'avoir enfin libéré totalement tout ce qu'il avait ressenti. Quand il lui avait parlé, il avait été le plus honnête possible, parce qu'il le devait et aussi parce qu'il avait senti que c'était peut-être sa dernière chance, que si ça continuait ainsi entre eux, ils auraient fini leur vie sans l'autre dedans.

« J'ai vraiment pas l'intention de repartir... » Sirius caressa la joue d'Eli quand elle énonça cette vérité qui avait selon toute vraisemblance plus de profondeur qu'on ne pouvait le penser. Elle voulait rester avec lui. ça tombait plutôt bien, parce que c'était dans ses projets également de rester avec elle. Cela dit, l'avocat était conscient qu'il ne pouvait pas juste se lancer ainsi dans l'aventure sans prendre de précaution. Tout d'abord, il s'agissait d'Eli tout de même, il ne connaissait personne d'autre qui avait aussi peur qu'elle de toute forme d'engagement. Ensuite, il était conscient que la métisse pouvait vite se lasser des choses. Et enfin, il y avait d'autres personnes concernés dans cette histoire, ils se retrouvaient malgré eux au milieu du bordel mais ils y étaient... et ils ne méritaient pas... tout ça, ce n'était pas de leur faute si Eli & Sirius n'avaient jamais su être honnête l'un envers l'autre. « Alors on a le temps... Je veux dire, je suis pas contre des bijoux, certes ! » Sirius ne put s'empêcher d'émettre un petit sourire à cela, elle ressemblait à ses sœurs pour la peine, mais si elle voulait être couverte de bijoux c'était facilement réalisable. « Mais quoi, tu penses annoncer ça à Elizabeth en rentrant ? Et après ? Parce qu'il y aura un après, et crois-moi je suis pas bonne à ça. » il sentit l'inquiétude d'Eli et Sirius la caressa doucement, le bras et le bas du dos, il était d'accord. Il ne pouvait pas juste... quitter Elizabeth comme ça... pas sans explications, pas sans préparation, pas comme un connard. Il n'avait jamais aimé être un goujat. Mais il n'allait pas avoir le choix... cela dit, il voulait le faire en douceur, il lui devait bien... « Je veux être avec toi, Sirius... Et je ne veux surtout, surtout pas te perdre. » elle l'embrassa délicatement, ses baisers étaient presque désespérés, comme s'il allait disparaître d'une minute à l'autre d'une quelconque façon. « Hey, tu ne vas pas me perdre Eli ! Je suis à toi ! » annonça-t-il simplement en l'embrassant à son tour de façon un peu plus appuyé. Mais cela n'empêcha pas Eli de continuer doucement le fil de ses idées, elle semblait vraiment inquiète, nerveuse et peu rassurée sur tout ce qui se profilait à l'horizon. « Alors peut-être qu'on devrait... faire attention. Ne pas se précipiter. » Sirius haussa un sourcil, Eli n'avait jamais été du genre à se contenir ou à vouloir que les choses aillent lentement, mais elle ne voulait pas faire de faux pas. Quelque part, ça rassurait Sirius, il ne voulait pas non plus se précipiter et faire n'importe quoi. Il ne voulait pas gâcher la seule histoire qui comptait réellement pour lui, il ne voulait pas perdre celle qui lui avait toujours été destiné. « Même moi, je m'étonne à dire ça. Mais jusqu'à présent, j'ai tout raté, alors peut-être que je devrais essayer autrement... Parce que tu es vraiment la seule personne qui compte, et dont la perte... encore... me tuerait. » et elle l'embrassa plus avidement, Sirius se laissa faire avec un certain amusement et il répondit avec autant d'empressement qu'un adolescent à son baiser, il sentit un frisson remonter le long de son échine en sentant les ongles d'Eli glisser le long de son t-shirt et il ne put s'empêcher de pousser un grognement de satisfaction. « Littéralement. » Sirius fondit sur ses lèvres et il la rapprocha encore plus de lui, glissant sa propre main le long de la cuisse d'Eli. Il bénissait et maudissait son short en jean en même temps, cet habit avait toujours été le plus frustrant qu'une femme pouvait porter. Son autre main glissa sous le t-shirt large de son amie et il caressa sa peau du bout des doigts, elle était plus douce qu'il ne l'avait imaginé. Mais avant qu'il ne perde le contrôle de ses sens, il arrêta de l'embrasser et il s'éloigna, quelques secondes, les yeux fermés pour se reprendre complétement. Quand il réouvrit les yeux, ceux-ci brillaient d'un désir refoulé. Ils devaient encore parlé et il le savait. « Donc ce que tu proposes c'est... qu'on reste avec eux... le temps de les préparer à la rupture ? Et après tout ça... on sera ensemble ? Vraiment ensemble Eli ? » ce plan ne lui plaisait pas spécialement, surtout la partie où il savait qu'elle allait retourner avec Jensen... mais il ne pouvait rien faire ou dire pour changer ça... lui retournerait encore un temps auprès d'Elizabeth... il ne pouvait pas interdire à Eli de faire de même avec Jensen... il passa une de ses mains dans les cheveux soyeux d'Eli et il finit par lui caresser la joue. S'il fallait le faire pour au final être avec elle, son âme soeur... il était prêt à essayer... « Tu sais Eli. Moi aussi j'ai peur, pour notre histoire, notre amitié, notre lien... mais je pense que si on est ensemble pour passer tout ça... on peut le faire. Parce que je suis plus fort quand t'es là à mes côtés. Parce que rien n'a jamais plus compté que faire ton bonheur. Et puis surtout je t'aime, je t'ai toujours aimé et je n'ai vraiment pas l'intention que cet état de fait change un jour. »

_________________
Sirius W. De la Vega

avatar

■ avatar : Andrew Cooper
■ âge : 25 ans
■ emploi : avocat
■ date d'inscription : 11/03/2011
■ messages : 27

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: dum dum dum   

Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

dum dum dum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Private Pearl :: ✿ New York City :: Manhattan-