Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 KATE ☇ drope the mask.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: KATE ☇ drope the mask.   Sam 10 Sep - 17:51

Spoiler:
 



❝ Speechless, my words could not melt. Whisper I wanted to shout without you I felt. Like a setting sun, like a last goodbye, like an incomplete lullaby. ❞

Paris,
le 12 avril 2011.

Je t’épargne les formules d’une banalité, de savoir si tu vas bien ou autre. Après tout, On s’en fout pertinemment l’une comme l’autre. Kate, Katelina, la belle. La merveilleuse, la sublime, la parfaite… et je pourrais continuer cette énumération bien frivole pendant des lignes, des lignes et encore des lignes. Que dis-je, des pages entières même. Katelina et ce prénom que je crus imaginer par ta propre imagination la première fois que je l’ai entendu. Katelina et cette amie de toujours, celle qui a su avoir une place importante dans ma banale vie. Kate ou celle qui avait tous les garçons de l’école à ses pieds. Je m’en rappelle encore, je te jalousais, je t’enviais même. Succès, popularité, tu as toujours connu cela, n’est-ce pas ? Ce depuis ta plus tendre enfance. T’es née dedans, t’as baigné dans cette haute société que nous autre, on envie. On avait six ans lorsque l’on s’est rencontrée et je m’en rappelle encore. Tu croyais que je voulais profiter du fait que tu sois « riche » comme tu m’avais naïvement répondu. Frivole pensée. Notre première dispute. Ah d’ailleurs, on en a vu des disputes en dix-huit ans, des dizaines, des centaines peut-être. Et pourtant, malgré nos engueulades, on a toujours été là pour se soutenir. Tu te rappelles quand ce petit con d’Evan t’avait coupé les cheveux au beau milieu de la cours de récréation, et toi qui pleurait tes cheveux et moi ? Moi, je lui courrais après pour lui faire une remontrance ! Il était beau ce temps. Ce temps enfantin où l’on se souciait plus de nos robes souillées par la terre, de nos poupées et compagnie. Ca remonte tout cela. Tout à changer, mise à part nous. Mise à part toi, toujours fidèle à toi-même, Kate. Malgré que tu veuilles prétendre le contraire. Rien n’a changé chez-toi. Tu sais, tu as longtemps été mon modèle. Quand j’ai mis mes premières chaussures à talon, ma première robe, ce n’était juste pour te ressembler. J’avoue, ça a été une catastrophe, une mauvaise idée même. Et pourtant, je n’avais qu’un objectif à cette époque : te ressembler. A mes yeux, tu es cet être fragile gravitant autour de ce monde parfait, tu es cet être dépourvue de perfection. Celle qui avait tous sous ses yeux et qui ne les voyait. Celle qui a été longtemps ma fidèle acolyte.
A présent, nos routes se sont séparées. Toi, partie à l’autre bout de la Terre. Et moi, toujours ancrée dans cette routine parisienne. Bientôt quatre ans que tu es partie là-bas, que tu y vis à présent. Je me suis toujours demandée comment était ta vie là-bas, à Auckland. Je suis sûre que ça n’a pas changé, il y a juste le décor qui change. On prend les mêmes acteurs et on recommence. Bienvenue dans ta comédie humaine, jolie théâtre au passage…

Aurore.


❝ Don't speak. I know just what you're saying, so please stop explaining. Don't tell me cause it hurts.❞

Auckland,
le 20 avril 2011.

Les temps changent, Aurore. Rien n’est plus pareil, ici. Tout est différent. Tu as toujours été bien naïve de croire cela. Naïve, rêveuse, songeuse, utopiste. Voilà ce que tu es. Oh non, surtout ne le prends pas mal. Tu sais bien que c’est comme cela que je t’apprécie. Et ne change donc pas. Tu es cette petite perle qui me fait quitter mon monde. Mon monde oui, comme tu le dis si bien. Je ne vois toujours pas en quoi je vis dans un autre monde, différent du tien. Une chose est sûre, je suis toujours aussi sotte. S’il-te-plait ne crise pas une nouvelle fois avec ton : c’est faux, Kate. Tu es tout de ce qui est plus parfait. Belle, intelligente. C’est ton avis, ta propre vision. Cette propre image que tu t’es faite de moi. Je suis loin d’être tout cela. Je peux avoir tout ce que je veux, il parait… Parait-il, oui. Mais je n’y crois peu, ce n’est que des mots. Des mots, des lettres, des paroles envoyaient en l’air qui n’ont pas de sens. Des paroles insensées. J’ai toujours été celle à qui on dictait sa façon de parler, sa façon d’être. On m’a modelé pour entrer dans un certain moule de la société. C’est vrai, ça a ses avantages. J’ai tout ce que je veux comme tu le dis. La clé du bonheur pour certains. Faut-il donc être riche pour être heureux ? Je n’y ai jamais cru à cela. Enfin si, j’y ai longtemps songé, lorsque j’étais enfant, mais ce temps là est révolu. On n’est plus des enfants, Aurore. On n’est plus ces adolescentes en soif permanente de nouveauté. On est des adultes. On doit agir comme tel. C’est ce qu’on m’a dit. C’est ce que mon père, monsieur St-James me répète à tue-tête. Non, ne crois pas que je me plains. Je suis née dans cette cuillère dorée, je suis née ainsi et je dois faire avec. Avec toutes ces étiquettes que l’on peut facilement me coller, avec tous ces préjugés qui s’en suivent. L’autre jour, j’ai entendu ce pauvre type dans un bar dire à son ami : « celle-là, elle est bien trop hautaine, bien trop pédante, bien trop prétentieuse. Elle finira seule… ». C’est drôle, voire étrange, d’entendre tout ce que l’on peut dire à notre sujet. Alors est-ce donc vraiment ce que je suis ? Hautaine, prétentieuse, pédante ? Qui suis-je ? Katelina, vingt-quatre ans, en couple depuis quelques mois avec le plus merveilleux des hommes, Jason. D’ailleurs, c’était peut-être la meilleure chose qui a pu arriver dans ma vie. Dieu que je me sens niaise à écrire cela. Et pourtant, depuis qu’il a su prendre une place particulière dans ma vie, je me sens bien. Je me sens heureuse. Oui, c’est cela le mot. Heureuse…

_________________

Et si l'on disait le contraire ou si l'on ne disait rien, si l'on construisait les phrases à l'envers ou si l'on soulevait demain : qui serait l'adversaire ? Entre nous qui serait le plus malin ? Et si l'on disait le contraire ou si l'on ne disait plus rien ? Je t'ai manqué.
Katelina St-James

avatar

■ avatar : Olivia Wilde
■ âge : 23 ans
■ emploi : ~
■ date d'inscription : 29/12/2010
■ messages : 25

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: KATE ☇ drope the mask.   Sam 10 Sep - 17:52


❝ Goodbye, my Almost Lover. Goodbye, my hopeless dream. I'm trying not to think about you, can't you just let me be? ❞

Je me sentais comme ce chien qui venait de faire la plus belle des conneries et qui n’attendait qu’une chose, la bonne raclée que son maitre allait lui mettre. J’avais l’impression d’avoir fait une belle connerie en le plaquant. Et pourtant, je me devais le faire. Je me suis sentie… trahie, j’avais l’impression d’être l’une de ces femmes qui avait leur mari qui entretenait une liaison avec leur amante, j’avais l’impression de ne pas le satisfaire… je ne sais pas. Je ne comprends pas, je ne comprends plus rien. Peut-être ne suis-je pas assez bien pour lui, pas assez belle, pas assez intéressante, pas assez… non, je ne sais pas. Et je ne veux même pas savoir pourquoi a-t-il fait cela. Pourquoi, je m’en fous à présent. Une histoire finie, voilà ce que notre relation est à présent. Ce n’est plus que des je t’aime envoyés en l’air, des projets d’avenir qui tombent en poussière. Tant pis. Je suis sûre que si tu étais là, à mes côtés, tu me dirais : « un de perdu, dix de retrouvés. ». C’est pour les rêveurs, Aurore, cette phrase. Je suis tout sauf cela. Je n’y crois pas, je n’y crois plus… Et c’est tout un château de cartes qui s’écroule douloureusement. Et plus dur sera la chute. J’ai mal. Très mal. C’est la vie, m’a-t-on dit. C’est la vie, oui. Quelle chienne, cette vie. En un coup, elle vient de briser tout ce que j’avais réussi à construire pour me sentir bien, pour me sentir vivante. A croire que moi aussi, je suis un brin rêveuse tout comme toi. Je l’aimais, c’était certain… à croire que ce n’était pas réciproque.

Kate.


❝ But I do not want to be afraid, I do not want to die inside just to breathe in. I'm tired of feeling so numb, relief exists I found it when I was cut. ❞

Auckland,
Le 26 juillet 2011,

Bonjour petite chose précieuse.
Ahah, je sais que tu as horreur que je t’appelle ainsi. Que veux-tu. Alors je ne vais pas y aller par quatre chemins, et tout le monde sait qu’on s’en fout des formules de politesse. Je ne sais même pas pourquoi je t’écris cette lettre alors que je pourrais user de ces nouvelles technologies dont on est si friands tous les deux. Mais passons. Les bruits courent vite, tu sais. J’ai appris pour ta rupture avec Jason, je suis désolé pour toi. Sincèrement… enfin tu sais bien que j’ai toujours été nul dans ce genre de situation. Savoir réconforter les gens, ça n’a jamais été mon fort. Et tu es très bien placée pour le savoir, ma belle Kate. Ma belle Kate, on dirait une de ces formules de drague préfabriquées là. Oh non, ne t’en fais pas, ce n’est pas mon but. Je ne t’écris pas pour cela, je m’y prendrais autrement, je pense sinon. Tu sais, Kate. J’ai toujours été admiratif envers toi. Toi, ce petit bout de femme qui a réussi à faire sa place dans le monde des affaires. Toi, celle qui sait transformer nos ternes journées en journées rayonnantes grâce à ta joie de vivre, ton sourire. Toi, celle qui a un nombre incalculable d’hommes à ses pieds. Oh ça oui, j’en suis certain qu’il y en a plein qui rompent à tes pieds juste pour t’avoir une nuit si ce n’est pour une durée plus longue. Mais regarde ce que tu es devenue en quelques jours… J’ai le mérite de ne plus te reprocher de ne pas sortir avec nous, ça c’est certain.
Alors voilà qu’à présent, tu erres ses rues nocturnes telle une louve solitaire. Voilà que tu arpentes de nombreux bars. Noyer sa peine dans l’alcool ? Je me trompe. Tu penses que c’est une manière de l’oublier ? Ressaisis-toi bordel. Ce n’est pas comme cela que tu y arriveras. Et non, ne me dit pas que ce n’est pas moi qui décide de ce que tu dois faire. Mais je vois bien que tu vas mal. Très mal. Un ami, c’est fait pour nous aider dans les bons moments, comme dans les pires moments. Alors, voilà. Maintenant, tu sais que je suis là. Là, pour toi. Si ce n’est pas pour te confier, pour parler, au moins, on pourra aller boire un verre ensemble. Ca t’évitera de faire quelques mauvaises rencontres. Je te ne l’ai jamais dit ? Je fais du karaté, ahah. En attendant de me donner en spectacle, tu connais mon numéro, tu sais où me trouver. Sois forte.

Lucas, ton fidèle acolyte.

_________________

Et si l'on disait le contraire ou si l'on ne disait rien, si l'on construisait les phrases à l'envers ou si l'on soulevait demain : qui serait l'adversaire ? Entre nous qui serait le plus malin ? Et si l'on disait le contraire ou si l'on ne disait plus rien ? Je t'ai manqué.
Katelina St-James

avatar

■ avatar : Olivia Wilde
■ âge : 23 ans
■ emploi : ~
■ date d'inscription : 29/12/2010
■ messages : 25

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: KATE ☇ drope the mask.   Sam 10 Sep - 18:31

Je t'ai déjà dit que j'aimais ta fiche ? 22 13
Floyd S. Hurtwood

avatar

■ date d'inscription : 01/01/2011
■ messages : 12

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: KATE ☇ drope the mask.   Dim 11 Sep - 8:06

non. tu me l'avais pas dit. Surprised 22

_________________

Et si l'on disait le contraire ou si l'on ne disait rien, si l'on construisait les phrases à l'envers ou si l'on soulevait demain : qui serait l'adversaire ? Entre nous qui serait le plus malin ? Et si l'on disait le contraire ou si l'on ne disait plus rien ? Je t'ai manqué.
Katelina St-James

avatar

■ avatar : Olivia Wilde
■ âge : 23 ans
■ emploi : ~
■ date d'inscription : 29/12/2010
■ messages : 25

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: KATE ☇ drope the mask.   

Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

KATE ☇ drope the mask.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Private Pearl :: ✿ Administration :: Introduce yourself!-