Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 elena ~ new-york, new-york

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: elena ~ new-york, new-york   Sam 11 Déc - 20:47



Elena Amelia Monteiro
21 ans ▬ 3 janvier 1989 ▬ Santiago, Chili ▬ Célibataire ▬ Comédienne ▬ ft. Miranda Kerr


Le taxi l’avait déposé pas loin de l’aéroport, trop loin quand même à son goût. A peine descendu, Rosa jeta un coup d’œil à sa montre avant de marcher en vitesse vers l’entrée de l’aéroport. Certes, elle n’était pas en avance, elle était même légèrement en retard mais avec un peu de chance, l’avion aussi l’était, et dans le pire des cas, Elena patienterait. Entrée dans le bâtiment, elle jeta un regard rapide autour d’elle et se souvenant de la dernière fois où elle avait mis les pieds ici. Rosa n’était pas une habituée des aéroports. En vérité, elle n’avait pris l’avion que très peu de fois dans sa vie et la dernière remontait à un peu plus de trois ans plus tôt, lorsqu’elle avait quitté le Chili où elle vivait depuis douze ans pour retrouver la ville où elle était née et où elle avait passé les trois premières années de sa vie: New-York. La foule se pressait de partout mais après quelques minutes, Rosa trouva ce qu’elle cherchait et se dirigea par là.

Elena ferma sa revue tandis qu’une hôtesse venait leur annoncer que l’atterrissage allait arriver sous peu. Elle était fébrile, nerveuse, impatiente, tout un tas d’émotion contradictoire se mêlait en elle. D’aussi loin qu’elle se souvienne, elle ne s’était jamais trouvé comme ça seule face à quelque chose. Elle avait toujours connue son cocon familiale bien confortable mais plus qu’étouffant et cela lui faisait vraiment bizarre de se retrouver sans eux. Eux: ses cinq frères et sœurs, ses deux grands-mères et ses parents… Elena ressentit comme un pincement au cœur en se disant que c’était à peine si ils devaient remarquer son absence. Il y avait bien la petite qui avait pleurer, son père qui lui en voulait de s’en aller et qui jusqu’au dernier moment avait fait la gueule mais, il fallait être réaliste sans elle les habitudes de la maison ne changerait pas beaucoup: elle serait toujours aussi animée et bruyante.
Après que l’avion eut atterri, Elena se freilla tant bien que mal un chemin parmi les gens qui ne cessaient de pousser, elle cherchait du regard une silhouette familière. Au bout de plusieurs minutes, elle la trouva enfin: « Rosa ! »

Rosa entendit qu’on l’appelait et leva la tête juste à temps pour identifier le visage d’Elena avant que celle-ci ne l’étouffe en la serrant dans ses bras. « Hola doucement, tu vas m’étouffer. » Rosa se dégagea de l’étreinte de son amie et sourit. Elle la regarda alors plus attentivement. Ca faisait longtemps qu’elle n’avait pas eu l’occasion de la voir pour de vrai. Elle put cependant constater que la jeune fille n’avait pas beaucoup changé. Elle était toujours la même, toujours aussi jolie. Depuis qu’elle la connaissait, Rosa avait toujours enviée à Elena son physique tandis que cette dernière avait elle toujours envier chez Rosa, sa facilité à communiquer avec les gens, sa joie de vivre et son naturel. C’était grâce à cela qu’elles s’étaient toutes deux rencontrées. Elles étaient voisines mais ne s’étaient jamais parler avant le jour où Rosa vint trouver Elena pour lui demander de jouer avec elle. Elle avait alors cinq ans et Elena sept. Ca avait été le début entre elle d’une forte amitié.

Elena replaça une mèche de ses cheveux derrière son oreille et fit un sourire d’excuse. « Désolé, c’est que tu m’as manqué. » C’était un fait indéniable. Elena avait très mal vécu le départ de Rosa pour New-York. Depuis ce jour, où elles s’étaient toutes deux parlées pour la première fois, elles avaient toujours passées leur temps l’une chez l’autre. Ce que Rosa appréciait le plus dans la maison d’Elena c’est l’animation qui y régnait. Le tableau de la grande famille c’était quelque chose qu’elle aurait aimé avoir chez elle. Au contraire, Elena appréciait chez Rosa le calme et la tranquillité. Elle venait s’y réfugier quand elle ne supportait plus le bruit qui l’environnait bien que lorsque son amie se mettait à parler, elle était aussi fatigante que toute sa famille réunie voir plus. En effet, Elena ne pensait pas avoir eu l’occasion de rencontrer un jour quelqu’un de plus bavard que Rosa. Cette dernière parlait tout le temps, même quand ce qu’elle avait à dire n’était ni utile, ni intéressant. C’est comme cela qu’elle avait très vite appris à la connaître, à savoir tout les détails de ces années à New-York, de ses peurs, le fait qu’elle craignait que sa mère ne rentre pas d’une de ses missions lorsqu’elle travaillait, qu’elle avait peur de se retrouver un jour seule. Oui c’est grâce à cela qu’Elena connaissait la vie passée de Rosa par cœur, mais aussi l’actuelle. Car lors de leur longue conversation téléphonique, assez rare vu le prix que cela coûtait, Elena avait pu apprendre tous les moindres détails de la vie que Rosa menait à New-York et surtout, elle avait pu en apprendre beaucoup sur Luis qui était sans aucun doute le nom qui revenait le plus souvent à la bouche de Rosa.

« Toi aussi tu m’as manqué. » Rosa sourit en voyant son amie réarranger ses cheveux rapidement. Son effusion de joie semblait être partie aussi vite qu’elle était venue. D’une certaine manière, elle préférait comme ça. Elena n’avait jamais était quelqu’un de très expansif ni de très ouvert et qu’elle le devienne d’un coup aurait plus perturber Rosa qu’autre chose. Cela l’avait déjà énormément étonné qu’elle quitte son cocon familial pour venir vire à New-York. Car bien qu’elle se plaignait souvent de l’étouffement qu’elle ressentait à être chez elle, Rosa avait toujours cru qu’Elena ne pourrait pas quitter son chez elle. Pourtant deux semaines plus tôt, elle lui avait annoncé qu’elle avait obtenu un rôle au théâtre et qu’elle venait s’installer à New-York. Le théâtre avait toujours était la plus grande passion d’Elena, c’est la seule chose pour laquelle cette dernière pouvait parler durant des heures sans se lasser. Quand Elena parlait de théâtre, Rosa avait autant de mal à placer un mot que lorsqu’elle-même parler de Luis à Elena. Elle avait d’ailleurs toujours trouvé étonnant qu’une fille réservée comme Elena puisse aimer autant quelque chose comme le théâtre mais elle avait vite compris que lorsqu’elle jouait, Elena n’était plus la même.

Après avoir récupéré les bagages d’Elena, les deux jeunes filles quittèrent l’aéroport tout en parlant et riant et retrouvèrent le froid glacial et hivernal qui régnait dehors. Elles montèrent dans le premier taxi qui vint et s’en allèrent vers plus loin dans la ville.


Elena A. Monteiro

avatar

■ avatar : Miranda Kerr
■ âge : 21 ans
■ emploi : Comédienne
■ date d'inscription : 11/12/2010
■ messages : 23
■ âge : 25

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
 

elena ~ new-york, new-york

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Private Pearl :: ✿ Administration :: Introduce yourself!-